Volte face d’Amadou Haya Sanogo

28/04/2012
Volte face d’Amadou Haya Sanogo

L'ex-chef de la junte militaire qui avait pris le pouvoir le 22 mars au Mali avant d'accepter de le rendre, le capitaine Amadou Haya Sanogo (photo), a rejeté samedi les décisions prises jeudi à Abidjan par les chefs d'Etat ouest-africains, dont le président du Togo Faure Gnassingbé, en particulier l'envoi de soldats dans son pays.

Toutes les décisions prises à Abidjan ont été prises sans concertation avec nous, a déclaré le capitaine Sanogo à la presse au camp militaire de Kati, près de Bamako, ajoutant: Je ne suis pas d'accord avec l'arrivée des soldats de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao).
 
 Aucun soldat étranger ne foulera le sol du Mali sans une demande du gouvernement malien, a-t-il affirmé.
 
 L'ex-chef de la junte a également rejeté la décision de la Cédéao de fixer la période de transition à douze mois, jusqu'à la tenue d'élections présidentielle et législatives.
 
 Il a affirmé qu'il prendrait ses responsabilités à l'issue du mandat constitutionnel du président malien par intérim Dioncounada Traoré, investi le 12 avril à Bamako.
 
 La Constitution malienne prévoit qu'en cas de vacance du pouvoir, le président par intérim doit organiser des élections dans un délai de 40 jours maximum après sa prise de fonction. Mais l'accord de sortie de crise conclu le 6 avril entre la junte et la Cédéao reconnaissait que ce délai n'était pas tenable.
 
 La Cédéao a pris de façon unilatérale des décisions qui ne nous engagent pas, a affirmé le capitaine Sanogo. Le président intérimaire ne fera que 40 jours, a-t-il insisté. Au-delà, je prendrai mes responsabilités.
 
 Selon lui, la Cédéao a violé l'accord-cadre signé le 6 avril entre lui et le médiateur ouest-africain, le chef de la diplomatie burkinabè Djibrill Bassolé.
 
 Cet accord avait permis d'amorcer un retour à l'ordre constitutionnel avec la démission formelle du président renversé Amadou Toumani Touré (ATT) et l'investiture le 12 avril du chef de l'Assemblée nationale Dioncounda Traoré comme président par intérim.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.

Une politique qui coule de source

Développement

Une eau de bonne qualité est essentielle au développement économique et humain. Les autorités s'emploient à la fournir. Le taux de couverture est en hausse.

La Banque mondiale met le paquet

Développement

La Banque Mondiale (BM) vient d’approuver de nouveaux financements en faveur du Togo. Et pas des moindres puisqu’il s’agit de 44 millions de dollars.