108 millions de dollars du FMI

23/04/2008
108 millions de dollars du FMI

C'était attendu, mais cette fois c'est officiel. Le Fonds monétaire international reprend son aide financière au Togo. Cette décision inaugure le réengagement d'autres bailleurs de fonds au Togo. Selon Christian Mumssen, chef de mission pour le Togo au FMI, le pays pourra bénéficier d'un prêt d'environ 108 millions de dollars à faible taux d'intérêt sur une période de deux à trois ans. Il servira à la relance économique et à la réduction de la pauvreté.

Lors du mini sommet de Ouagadougou qui avait réuni les chefs d'Etat de la zone UEMOA autour du Directeur Général du FMI , le chef de l'Etat Faure Gnassingbé qui participait aux travaux, avait dans son intervention, souhaité que le Fonds aide les Etats africains à mener une réflexion sur la fluctuation des principales devises, en particulier le dollar, et sur la création d'un cadre macroéconomique stable pour assurer une bonne croissance des économies africaines. « Nous exhortons le FMI à aider nos pays à supporter les conséquences des chocs exogènes, en particulier les conséquences liées à la flambée des prix des produits pétroliers et à la baisse constante des prix des matières premières en provenance d'Afrique » avait déclaré le Chef de l'Etat togolais.

En photo : Dominique Strauss-Kahn, directeur général du FMI

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Intégration technologique

Tech & Web

La Cédéao veut parvenir à l’intégration, y compris pour tout ce qui concerne le secteur des télécommunications, très porteur.

Au Maroc, Agadazi explique comment le Togo combat la pauvreté

Développement

Lutter contre la pauvreté est a priorité des priorités pour le gouvernement. De nombreuses initiatives ont vu le jour.

L'AIBA veut populariser la boxe au Togo

Sport

L’International boxing association (AIBA) a lancé vendredi l’année de la boxe en Afrique destinée à promouvoir cette discipline sur le continent.

Une justice en mouvement

Justice

Une étude réalisée par Afrobaromètre révèle que dans la plupart des pays africains, des obstacles majeurs entravent encore l'accès des citoyens à la justice.