300 milliards d’investissement au port de Lomé

25/02/2012
300 milliards d’investissement au port de Lomé

Le Groupe Bolloré et l’entreprise de TP Vinci ont signé vendredi à Lomé le contrat d’exécution des travaux de construction du 3e quai au Port de Lomé (PAL)

"Un pas important vient d'être franchi aujourd’hui. Nous avons l’ambition de doter le Togo d’une plateforme de transbordement parmi les plus performantes d’Afrique de l’Ouest », a déclaré Ninsao Gnofam, le ministre des Transports.

Philippe Labonne, le directeur général de Bolloré Africa Logistics (Afrique subsaharienne), a expliqué de son côté que le PAL serait bientôt le port de référence en Afrique de l'ouest, un des premiers capable d'accueillir des navires de grande capacité et de les traiter avec une cadence correspondant aux meilleurs standards internationaux".

Autant de bonnes nouvelles pour la patron du port, le contre amiral Fogan Adégnon.

Le projet s'étend sur 36 hectares. Le quai aura une longueur de 450 mètres, mais le projet dans son ensemble inclut la mise en place de différents équipements de manutention dont 24 portiques de parc, 4 portiques de quai ainsi que le dragage du bassin portuaire. 

Coût total : 300 milliards de fcfa entièrement financés par Bolloré en échange d’une concession de 35 ans.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

UEMOA : le Sénégal remporte la coupe

Sport

Les Lions du Sénégal ont battu samedi par 1-0 les Aigles du Mali en finale de la 7e édition du tournoi de l'intégration de l'UEMOA.

Infrastructures de base : nouvel engagement de l’UE

Coopération

Améliorer l’accès à l’eau potable et proposer de meilleures conditions sanitaires aux habitants de Notsé. C'est l'objectif d'un programme financé par l'UE.

Mobilité et développement

Diaspora

Plus d’un million de Togolais vivent à l’étranger. Leurs compétences et leur appui financier sont autant d'atouts pour contribuer au développement du pays.

Harmoniser le système d'indemnisation

Cédéao

Un automobiliste togolais circulant dans les pays de la Cédéao doit impérativement disposer d’une ‘carte brune’, le certificat international d’assurance.