3e rencontre du TPIAC à Lomé

20/04/2012
3e rencontre du TPIAC à Lomé

Anne Lauvergeon (photo), l’ancienne patronne d’Areva, est attendue vendredi soir à Lomé. En compagnie d’autres représentants du monde des affaires, elle participera samedi à la réunion bi-annuelle du «Togo Presidential Investment Advisory Council» (TPIAC), le Conseil sur l’investissement privé, créé par le président Faure Gnassingbé en 2011.

C’est la troisième rencontre du genre depuis la création de cet organisme chargé de conseiller et d’orienter le gouvernement dans ses choix en matière d’investissement privé.

A la fois forum d’échanges et Think Thank, le Conseil est une boîte à idées destinée à faire avancer le Togo économiquement.

Au centre des discussions, l’amélioration du climat des affaires au Togo et les moyens pour obtenir plus de croissance et d’investissements.

Une belle brochette d’hommes d’affaires appartient au TPIAC,  Arnold Ekpe, le directeur général d’Ecobank, la sud-africaine Koosum Kalyan, CEO de Petmin, Juergen Schrempp, ex-dirigeant de Mercedes ou encore le Britannique Simon Murray qui a fait fortune en Asie. 

Toutes ces personnalités du monde des affaires apportent leur expertise et disposent d’un solide carnet d’adresses. Ce qui peut toujours aider.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Intégration technologique

Tech & Web

La Cédéao veut parvenir à l’intégration, y compris pour tout ce qui concerne le secteur des télécommunications, très porteur.

Au Maroc, Agadazi explique comment le Togo combat la pauvreté

Développement

Lutter contre la pauvreté est a priorité des priorités pour le gouvernement. De nombreuses initiatives ont vu le jour.

L'AIBA veut populariser la boxe au Togo

Sport

L’International boxing association (AIBA) a lancé vendredi l’année de la boxe en Afrique destinée à promouvoir cette discipline sur le continent.

Une justice en mouvement

Justice

Une étude réalisée par Afrobaromètre révèle que dans la plupart des pays africains, des obstacles majeurs entravent encore l'accès des citoyens à la justice.