A quand une véritable politique commerciale communautaire ?

07/10/2009
A quand une véritable politique commerciale communautaire ?

Guy Lorenzo, le ministre délégué auprès du Président de la République chargé du Commerce et de la Promotion du secteur privé, a lancé mercredi à Lomé la « 3e rencontre communautaire d'échanges sur la politique commerciale commune » dans la zone UEMOA. Plusieurs représentants des Etats membres (Niger, Bénin, Côte d'Ivoire, Mali, notamment) participent aux travaux dans les locaux de la Chambre de commerce et d'industrie du Togo (CCIT) ainsi que des représentants de l'Union européenne et de l'organisation de la Francophonie (OIF).

Cette rencontre a pour but d'harmoniser les règlementations dans les pays de l'Union économique et monétaire ouest-africaine afin de faciliter les échanges.Sur le papier, tout fonctionne très bien ; sur le terrain, les hommes d'affaires ont d'énormes difficultés pour effectuer leurs opérations en raison des nombreux obstacles placés encore sur leur route.

La réunion de Lomé espère les faire disparaître en franchissant un cap décisif vers une véritable politique commerciale communautaire.

En photo : (à droite) Guy Lorenzo et la représentante de l'Union européenne

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.

Une politique qui coule de source

Développement

Une eau de bonne qualité est essentielle au développement économique et humain. Les autorités s'emploient à la fournir. Le taux de couverture est en hausse.

La Banque mondiale met le paquet

Développement

La Banque Mondiale (BM) vient d’approuver de nouveaux financements en faveur du Togo. Et pas des moindres puisqu’il s’agit de 44 millions de dollars.