Asky : Paris, Beyrouth et Jo'burg en ligne de mire

31/08/2015
Asky : Paris, Beyrouth et Jo'burg en ligne de mire

Henok Teferra

Créée il y a 5 ans, la compagnie aérienne Asky, dont le siège est à Lomé, affiche de nouvelles ambitions. En Afrique de l’Ouest et Centrale, mais aussi au-delà avec un plan de vol qui prévoit des escales à l’international vers Johannesburg, Paris et Beyrouth, notamment.

Dans un entretien à republicoftogo.com, Henok Teferra, le directeur général d’Asky, assure que la compagnie, est au seuil de l’équilibre et pas très loin de la profitabilité. Un contexte favorable à son expansion. Un essor qui se fera par le nouvel aéroport de Lomé, Hub ouest-africain appelé à devenir une plateforme aérienne internationale.

Republicoftogo.com : Cinq ans après son lancement, Asky est-elle parvenue à l’équilibre ?

Henok Teferra : Asky est sur le chemin de l’équilibre. Malheureusement, comme vous le savez, il y a eu un événement exceptionnel celui de la propagation de l’épidémie Ebola dans la sous-région et cela a affecté le transport aérien. La compagnie a du interrompre ses vols vers certaines destinations avec un impact évident sur nos activités.

Heureusement, Ebola est derrière nous et nous sommes en train d’arriver à l’équilibre comme cela a été prévu dans notre business plan.

Après 5 ans d’activité, la compagnie a atteint tous ses objectifs en terme de développement du réseau avec 22 destinations sur 19 pays. Et nous sommes sur le point de l’étoffer avec Nouakchott (Mauritanie) et le Cap Vert et de densifier les dessertes existantes. Notre ambition est de parvenir à des vols quotidiens au départ de Lomé afin d’en faire le Hub incontournable pour l’Afrique de l’ouest et l’Afrique centrale.

Au niveau opérationnel, nous avons également atteint tous nos objectifs avec un taux de ponctualité de 85% en moyenne, nous en sommes très fiers. Ce sont chiffres comparables à ceux des meilleures compagnies aériennes, pas seulement dans la sous-région mais dans le monde.

Nous disposons aujourd’hui d’un très grand réseau, d’une efficience remarquable, d’une sûreté exceptionnelle avec des avions neufs. 

Permettez-moi de remercier tout le personnel d’Asky qui est à l’origine de cette formidable réussite. C’est un projet 100% africain qui rassemble des collaborateurs de plusieurs nationalités dédiés à offrir aux passagers un véritable service public du transport aérien sur ce continent.

Republicoftogo.com : Quelles sont les prévisions en terme de profitabilité ?

Henok Teferra : Nous travaillons ardemment pour dégager une marge au 31 décembre 2015. L’année est en cours, nous sommes en haute saison.  Les perspectives sont bonnes, nous allons y arriver.

Republicoftogo.com : La prochaine ouverture de l’aérogare de Lomé est-elle un atout pour Asky en termes de volume de passagers transportés et  de facilités de transit ?

Henok Teferra : Bien évidemment ! L’ouverture d’une nouvelle aérogare est un avantage considérable et comme nous l’avons toujours dit, notre vocation est de faire de Lomé un hub international.

Grâce à ces nouveaux équipements, les passagers bénéficieront d’un confort inégalé dans la sous-région lorsqu’ils auront à transiter par Lomé.

D’autant qu’Asky a de grandes ambitions et pas seulement en Afrique. Nous travaillons à des projets de développement vers l’Afrique du Sud, l’Europe (Paris) et le Moyen Orient (Beyrouth). Ce sont des marchés importants.

Nous avons une vision à long terme qui prend en compte la forte croissance du trafic aérien en Afrique et les perspectives pour les 20 et 30 prochaines années.

Republicoftogo.com : Asky assurait des vols non-stop vers le Brésil. Pourquoi cette liaison a-t-elle été interrompue ? Des vols vers Beyrouth sont-ils toujours d’actualité ?

Henok Teferra : Asky n’a pas assuré des liaisons vers le Brésil, c’est notre partenaire Ethiopian qui assurait ces vols. C’est vrai que c’était en collaboration avec Asky. Ethiopian a décidé de commencer des vols directement au départ d’Addis-Abeba, son hub principal vers le Brésil, notamment parce que le marché de la Chine et de l’Inde sont très importants. Donc avoir deux stops n’étaient pas pour eux un avantage sur le plan commercial.

Pour l’avenir, ce que je peux vous dire, c’est qu’Ethiopian, en étroite collaboration avec ASKY, va développer le réseau avec le hub de Lomé comme plateforme internationale. Je suis certain que dès l’année prochaine, nous aurons des vols internationaux d’Ethiopian vers les Amériques à travers l’aérogare de Lomé. 

Republicoftogo.com : Et Beyrouth ?

Henok Teferra : Comme je l’ai indiqué à l’instant, nous sommes en train d’évaluer différentes destinations à forte potentialité pour la sous-région comme Beyrouth, Paris, Londres, Jobourg. Si tout va bien, nous lancerons les premiers vols dès l’année prochaine. 

Republicoftogo.com : La concurrence d’autres compagnies régionales est-elle un frein au développement d’Asky ?

Henok Teferra : Pas du tout ! La concurrence est saine. Le marché est suffisamment grand pour toutes les compagnies africaines de la sous-région. La seule inquiétude selon moi, c’est par rapport aux compagnies non africaines. Aujourd’hui, 80% du trafic entre l’Afrique et le reste du monde est assuré par des compagnies non africaines (Moyen Orient, Europe, etc…). 

L’Afrique qui se développe veut être acteur de la mondialisation, l’Afrique a besoin d’opérateurs économiques qui soient en mesure de contribuer au développement du continent. L’Afrique doit avoir sa place dans un monde globalisé. 

Malheureusement, dans le secteur aérien, nous en sommes encore loin.

Republicoftogo.com :  Est-ce la raison d’un accord de partage de code avec Air Burkina ?

Henok Teferra : Absolument ! La logique qui prévaut chez nous, c’est de dire que si nous voulons surmonter la concurrence des compagnies non-africaines,

il n’y a pas d’autre choix que la coopération. Que ce soit une coopération commerciale comme avec Air Burkina ou une coopération technique avec Ethiopian Airlines. 

L'option low-cost n'est pas viable en Afrique

La coopération à la fois technique, en formation et commerciale entre les compagnies africaines est une condition sine qua none si l’industrie aérienne africaine veut survivre face à une concurrence étrangère féroce.

Republicoftogo.com : La flotte d’Asky est composée de 7 appareils. Est-ce suffisant dans la configuration actuelle ?

Henok Teferra : Pour le réseau actuel, la réponse est oui. C’est le réseau qui dicte la croissance du parc.

Republicoftogo.com : Des expériences de low-cost ont été tentées en Afrique de l’Est et en Afrique australe. Cette option est-elle viable en Afrique de l’Ouest ?

Henok Teferra : L’option low-cost est viable! La question n’est pas de savoir s’il est viable mais de savoir quand et comment ? Est-ce qu’aujourd’hui les conditions sont  réunies pour le low-cost, point d’interrogation. Pour l’Afrique en général d’ailleurs. 

Le low-cost suppose deux choses. D’abord des marchés très denses. Ce que je veux dire est que vous devriez être en mesure d’effectuer des vols pas seulement quotidiens mais 3 ou 4 vols quotidiens vers des destinations pour dégager de la marge sur le volume. De deux, il faut que l’environnement d’exploitation soit en mesure de vous permettre de baisser vos coûts au maximum. Ce que je veux dire par là, c’est de disposer d’infrastructures aéroportuaires, d’aéroports primaires et secondaires où les coûts sont moindres. 

Est-ce que ces infrastructures existent en Afrique, je n’en suis pas sûr. Je suis même convaincu du contraire.

Compte-tenu des coûts élevés en Afrique ou des restrictions en matière de droits de trafic, le modèle du transport à bas prix n’est pas viable. Pour le moment.

Republicoftogo.com : Sans l’appui technique et financier d’Ethiopian Airlines, l'aventure Asky aurait-elle possible ?

Henok Teferra : Clairement non. Le soutien d’Ethiopian Airlines a été essentiel et nous remercions cette compagnie. 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Coopération agricole avec Israël

Cédéao

Le ministre de l’Agriculture, Ouro-Koura Agadazi, effectue depuis lundi une visite de travail en Israël.

Echange de bons procédés

Union Africaine

Les grandes manœuvres ont débuté pour l’obtention des postes de prestige à l’Union africaine.

Les inégalités entre les genres coûtent une fortune à l'Afrique

Développement

L’édition 2016 du rapport sur le développement humain en Afrique, réalisé par le PNUD, a été présentée lundi à Lomé.

L'engagement des Togolais de l'extérieur

Diaspora

Un membre de la Diaspora a annoncé son intention de créer une institution de micro finance pour venir en aide aux plus démunis.