Asky sur le point d'acheter deux Boeing 737

23/10/2009
Asky sur le point d'acheter deux Boeing 737

Lomé abritera du 3 au 5 novembre prochains, la troisième réunion des directeurs généraux des aviations civiles des Etats de la zone Wacaf (Afrique de l'Ouest et Afrique centrale) et ESAF (Afrique de l'Est et Afrique australe). 300 participants sont attendus : spécialistes de l'aviation civile et organisations internationales comme l'OACI, la Cédéao, l'Union africaine et l'Uemoa.

Au centre des discussions, la sécurité au sol et dans les airs.Pour le colonel Latta Toguissime Gnama, directeur général de l'ANAC (Autorité de l'aviation civile togolaise), les questions de sécurité sont essentielles. Il a applique d'ailleurs à l'aéroport de Lomé un règlement drastique. Outre la fouille minutieuse des passagers et la sécurisation des installations, les aéronefs sont régulièrement l'objet de contrôles inopinés avec parfois quelques surprises.

Dans un entretien accordé à republicoftogo.com, M. Latta livre également quelques informations sur le projet de création, par Ethiopian Airline, d'un Hub à Lomé et sur le lancement annoncé de la compagnie Asky.

Republicoftogo.com: Comment sécuriser le ciel africain ?

Latta Toguissime Gnama :

C'est justement tout l'objet de la prochaine réunion de Lomé. L'objectif est de garantir une meilleure sûreté et une sécurité incontestable dans le domaine de l'aéronautique en Afrique.

Vous savez que le continent ne représente que 4% du trafic mondial, mais le taux d'accident d'avion sur le même continent est de l'ordre de 35% ; c'est beaucoup trop.

Il est capital de prendre des mesures adéquates qui vont permettre de mieux sécuriser notre espace aérien.  Nous voulons créer, à court terme, une organisation de supervision de la sûreté et de la sécurité et un organisme chargé des enquêtes sur les accidents d'avions, à l'instar du

Bureau « Enquêtes accidents » (BEA) en France.

L'Afrique est en train de prendre conscience que pour être plus fort et plus efficace, il faut s'unir.

Republicoftogo.com : Sur un autre sujet, il est question de faire de l'aéroport de Lomé un Hub ouest-africain ; un projet initié par la compagnie Ethiopian Airlines. Où en est-on exactement ?

Latta Toguissime Gnama :

Le projet avance et commence réellement à prendre forme. Ethiopian Airlines nous a demandé un certains nombre d'aménagements à l'aéroport que nous allons progressivement réaliser.

Le parking avion sera agrandi, nous aurons deux niveaux d'accès passagers séparés, pour les départs et les arrivées avec des passerelles d'accès directs aux avions.

Nous allons construire une nouvelle aérogare car le principe du Hub sous entend que la plupart des passagers sont en transit. Il faut donc créer des couloirs de circulation pour rendre le trafic fluide et les connexions rapides.

Ethiopian Airline envisage, dans un premier temps, d'avoir deux vols internationaux par jour au départ de Lomé. Les passagers venus d'Afrique seront acheminés par la compagnie Asky.

Republicoftogo.com : Justement à propos d'Asky, à quand le lancement officiel ?  

Latta Toguissime Gnama :

La compagnie est sur le point d'acquérir deux Boeing 737 de haut standing. Nos experts vont bientôt aller inspecter ces appareils avant leur immatriculation au Togo et d'ici la fin de l'année Asky devrait pouvoir commencer ses vols.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Fraude avérée selon la FTF

Sport

En mai dernier, un match de D1 opposant Gbikinti de Bassar et Maranatha s’était soldé sur un score de 11 à 0 !

Agriculture : le FIDA en première ligne

Coopération

Le FIDA pourrait jouer un rôle central dans la relance du secteur agricole, estime le secrétaire d’Etat adjoint américain au Trésor.

Réponse rapide en faveur des populations défavorisées

Développement

Le PNUD a signé vendredi deux nouvelles conventions qui vont permettre d'étoffer les stratégies du PUDC de lutte contre la pauvreté.

L'évènement digital de la rentrée

Tech & Web

Le Togo a amorcé sa révolution numérique. L’essor de la sphère digitale, synonyme de développement économique et social, est incontournable.