Bourse : du producteur au consommateur

09/02/2009
Bourse : du producteur au consommateur

La politique de relance du secteur agricole donne des idées à certains. Le Dr Charles Birregah, expert comptable, directeur général du cabinet AEC caresse projet de mettre en place une bourse agricole au Togo.  Dans un entretien accordé à republicoftogo.com, il explique les raisons pour lesquelles cette initiative peut être bénéfique à l'ensemble du monde agricole et aux consommateurs.

##S_B##Republicoftogo.com: Quel est l'intérêt d'une bourse agricole ?

Dr. Charles Birrégah :

Elle permet d'assurer une plus grande fluidité des échanges entre les producteurs et les distributeurs. La bourse permet la confrontation entre l'offre et de la demande. Elle facilite les transactions et limite les invendus, tout en garantissant l'approvisionnement vers les consommateurs, ce qui est l'essentiel.

De fait, il s'agit de lutter plus efficacement contre  la crise alimentaire au Togo. Cette bourse est aussi un encouragement aux paysans pour produire davantage et une incitation pour les investisseurs privés et les bailleurs de fonds.

Republicoftogo.com : Concrètement, comment allez-vous faire fonctionner cette bourse ?

Dr. Charles Birrégah :

Nous

prévoyons d'installer trois  types de bourses, la bourse préfectorale, régionale, et nationale.

Au niveau préfectoral, les pré-bourses aux céréales constituent la phase préparatoire. Elles seront organisées dans chaque préfecture  en début de campagne pour informer et préparer les organisations paysannes aux échanges qui se concrétiseront lors des bourses.

Les bourses régionales seront segmentées en mini-bourses par céréale dans les capitales des cinq régions (Lomé, Atakpamé, Sokodé, Kara, Dapaong). Elles regrouperont une quarantaine de participants et faciliteront l'approvisionnement des poches déficitaires à partir de celles qui sont excédentaires au sein d'une même région.

Au niveau national, la bourse sera basée à Lomé. Elle supervisera l'organisation des bourses  régionales et des bourses préfectorales. Elle jouera le rôle d'intermédiaire entre les vendeurs et les acheteurs.

Elle favorisera les transactions céréalières et informera les opérateurs. Des conférences-débats seront proposées par des spécialistes sur la production, l'évolution des prix, les appels d'offres, les méthodes d'identification des zones à risque, les législations commerciales, la qualité des grains, etc.

Republicoftogo.com : L'Agence Nationale de la Sécurité Alimentaire (Ansat) fait déjà un excellent travail. Sera-t-elle partie prenante ?

Dr Charles Birrégah :

Absolument ! L'Ansat est associée à notre projet. C'est l'occasion de la remercier pour avoir compris la nécessité d'installer cet outil indispensable pour le développement de l'agriculture. Elle est impliquée à plusieurs niveaux dont la garantie des transactions, le stockage et l'acheminement du producteur au revendeur.

Republicoftogo.com: Quand comptez-vous lancer cette  bourse agricole ?

Dr Charles Birrégah :

Le plus vite possible. Nous bénéficions déjà de l'appui des organisations paysannes, de l'Ansat et d'une société informatique. Nous souhaitons bénéficier également du concours du gouvernement pour accélérer le processus.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le Togo modernise ses prisons

Justice

Surpopulation, promiscuité, manque d’hygiène, violences. L'état des prisons n'est pas reluisante, mais c'est en cours d'amélioration.

Les conditions de la relance

Tourisme

Le gouvernement s’est résolument engagé dans le développement et la promotion du secteur touristique.

Energie solaire photovoltaïque pour 62 localités

Environnement

Un prêt de 6 milliards de la BOAD va permettre au Togo de distribuer l'énergie solaire dans une soixantaine de localités.

L'Europe un peu plus abordable

Tourisme

459.000 Fcfa, c’est le prix d’un billet entre Lomé et Paris (ou l’Europe) en ce moment sur Air France.