Brésilienne ou togolaise, la canne planteuse est plébiscitée

31/10/2012
Brésilienne ou togolaise, la canne planteuse est plébiscitée

Pour prendre en compte les besoins des petits producteurs, les autorités ont introduit au Togo il y a 2 ans les planteuses dans le cadre du « Projet agro-écologique pour le développement à la base », initié et co-exécuté par le gouvernement et la société suisse ADFIN S.A. 

L’objectif est aussi d’assurer, à terme, un transfert de technologie.

Environ 200 exploitations agricoles familiales en sont équipées pour la production de maïs, d’arachide, de soja, de riz, de voandzou et d’ haricot.

Deux types d’équipements similaires sont utilisés, la canne togolaise connue sous le nom de semoir KAG et la canne planteuse brésilienne (importée du Brésil comme son nom l’indique) qui depuis peu, est également fabriquée par des artisans locaux.

Ce matériel permet par un seul geste d’assurer à la fois, le semis des graines et un épandage localisé de l’engrais NPK. Avantages, un gain de temps et d’investissement. Sans oublier sa commodité, par rapport au coupe-coupe.

C’est sur l’initiative personnelle du chef de l’Etat que la société ADFIN S.A. a introduit la canne brésilienne au Togo en 2010. Depuis lors, l’expérience a fait son chemin pour s’imposer aujourd’hui.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Adebayor a la fibre pour les nouvelles technos

Tech & Web

Emmanuel Adebayor, l’attaquant de Tottenham, s’intéresse aux technologies de l’information. Pense-t-il déjà à sa reconversion ? 

Un an pour déployer la fibre optique

Tech & Web

Le gouvernement a lancé le 10 mars dernier le projet e-gouvernement qui prévoit, entre autres, de raccorder 500 bâtiments administratifs par fibre optique.

La BM a largement ouvert son portefeuille

Coopération

De 2008 à 2015, le portefeuille de la Banque mondiale au Togo s’est considérablement renforcé passant de un à 15 projets majeurs.

Projets sociaux à Kara et Dapaong

Coopération

Togo Terminal, filiale du Groupe français Bolloré, finance à hauteur de 200 millions de Fcfa la construction de bâtiments scolaires, de hangars sur les marchés et d’infrastructures d’assainissement dans les villes de Kara et de Dapaong.