Business : tout est possible !

14/02/2008
Business : tout est possible !

A lire les articles sur la guerre civile au Kenya, les arrestations au Tchad et le génocide au Darfour, on peut légitimement conclure que l'Afrique n'est pas une région où il fait bon investir, écrit jeudi le magazine américain « Fortune ». Et pourtant, derrière les gros titres de la presse, il existe de belles opportunités dans une économie africaine dont le taux de croissance est de 5 à 6% par an, explique la revue financière.

Comme tous les marchés émergents, il y a un risque à investir en Afrique, « mais la perception du danger est en fait beaucoup plus grand que la réalité », souligne Tom Gibian, le directeur général de ECP (Emerging Capital Partners), une société d'investissement basée à Washington dont l'activité se concentre sur le continent.ECP a investi plus de 1,2 milliard de $ dans plusieurs fonds africains depuis 1999 et a pris des participations dans 48 entreprises

A son tableau de chasse, des réussites et des échecs.

Parmi les succès, Ecobank. Cette banque régionale dont le siège se trouve au Togo a développé un réseau régional très performant. ECP est entré dans le capital en 1999 à hauteur de 12 millions de $. En 2006 elle a revendu ses participations pour … 36 millions de dollars.

Bel exemple d'opportunité d'affaires, souligne « Fortune ».

Lire l'article de Fortune

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.