Cacao : réconcilier des intérêts parfois divergents

30/05/2012
Cacao : réconcilier des intérêts parfois divergents

Les députés togolais viennent de donner quitus au gouvernement pour ratifier l’accord international sur le cacao. Ce document, d’une validité de 10 ans, est censé rendre le commerce de cette denrée plus juste et durable.

L’objectif est de fournir un moyen de réconcilier les intérêts parfois conflictuels des producteurs de cacao, des exportateurs, des pays importateurs et des multinationales qui transforment les fèves de cacao.

L’accord international, qui est basé sur un consensus parmi les parties, abandonne les mécanismes régulateurs tels que les quotas de production, les stocks tampon et d’autres mesures de soutien des prix. Toutefois, les faibles revenus des petits producteurs sont largement reconnus comme étant le défi le plus important pour l’économie mondiale du cacao. 

Pour la CNUCED ( Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement), parrain de l’accord, les prix doivent être suffisamment rémunérateurs pour les producteurs, et la production plus efficace, afin de leur garantir un revenu décent.

Messan Ewovor, le ministre de l’Agriculture, explique que la ratification par le Togo de l’accord international sur le cacao va permettre de bénéficier d’un instrument de coopération internationale nord-sud qui reflète la volonté de ses parties contractantes de faire collectivement front aux enjeux et aux défis de la nouvelle configuration de l’économie cacaoyère mondiale ».

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Liberté, modernité, efficacité

Justice

Le secteur de la justice est en phase d'évolution et de modernisation. Un audit donne des pistes pour davantage d'efficacité. 

Mango et Dapaong bénéficient d'un appui de l'UE

Coopération

L'UE va consacrer plus de 300 millions à la réhabilitation du réseau d’eau potable à Mango et Dapaong.

Klassou lance la riposte

Santé

Le Premier ministre, Komi Selom Klassou, a reçu jeudi Christian Maoula, le directeur d’ONUSIDA pour le Togo.

Analyse qualitative

Santé

Cofinancé par la Fondation Mérieux et l’AFD, le nouveau laboratoire central a été inauguré jeudi à Lomé.