Convention de Yamoussoukro : encore des progrès à faire

04/02/2011
Convention de Yamoussoukro : encore des progrès à faire

La nouvelle compagnie « Sénégal Airlines » a débuté son activité il y a quelques semaines en proposant des liaisons vers Nouakchott, Banjul, Conakry, et Ouagadougou. Elle est le fruit d’un partenariat entre l’Etat sénégalais et des partenaires privés locaux et ambitionne de reprendre le réseau d’Air Sénégal International.
La compagnie dispose de deux Airbus A320 loués et affichant une dizaine d’années de vol.
« La compagnie (…) a l’ambition de donner une nouvelle dynamique au transport aérien sénégalais, régional et même continental », peut-on lire sur le site.
L’ambition est louable, mais alors pourquoi le Sénégal refuse depuis un an d’accorder des droits de trafic à Asky, en contradiction avec la Convention de Yamoussoukoro de 1999 qui libéralise l'accès au transport à toutes à les compagnies africaines.
L’explication est simple : écarter la concurrence pour permettre à Sénégal Airlines de prendre son envol.
D’ailleurs fin janvier, les autorités sénégalaises ont interdit à Brussels Airlines la desserte de Conakry, Banjul et Freetown à partir de Dakar…

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Corridor à risques pour les enfants

Coopération

L'UE veut protéger les enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos. Le Togo est directement concerné. 

L'humain au coeur de l'action

Développement

Depuis près de 40 ans, le Togolais Julien Nyuiadzi consacre son énergie au développement agricole de son pays en plaçant l’humain au cœur de ses actions. 

Libération de sept des huit étudiants de l'UL

Justice

La justice a ordonné lundi soir la libération de sept des huit étudiants détenus depuis la semaine dernière à la suite de manifestations sur le campus de l'université de Lomé.

De l'utilité du PUDC

Développement

Un an après son lancement, le PUDC offre un bilan largement positif. Mais ce n'est qu'un début.