Délégation du Fonds à Lomé

03/05/2008
Délégation du Fonds à Lomé

Une délégation du Fonds monétaire international (FMI) est arrivée vendredi à Lomé pour discuter avec les autorités togolaises, des nouvelles réformes économiques engagées ces deux dernières années, a-t-on appris samedi de source officielle. "Nous avons rencontré les plus hautes autorités avec qui nous avons discuté du nouveau programme économique axé notamment sur la bonne gestion des finances publiques", a déclaré à la télévision nationale Christian Mumssen, le chef de la mission du FMI au Togo.

"Le conseil d'administration du FMI a approuvé un programme financier d'environ 108,4 millions de dollars pour le Togo. Le premier décaissement est estimé à 22 millions de dollars", a-t-il souligné.Le FMI a décidé le 21 avril de reprendre son aide au Togo, interrompue en 1994 pour sanctionner le manque de rigueur dans la gestion des finances publiques.

Comme le FMI, plusieurs autres bailleurs de fonds ont repris leur coopération avec le Togo, après le retour en novembre de l'Union européenne (UE) qui a suspendu son aide avec Lomé depuis 1993 pour "déficit démocratique".

Bruxelles a repris une coopération pleine avec Lomé, en raison des efforts des autorités togolaises, notamment dans le domaine du respect des droits de l'homme, et de la bonne tenue en octobre des élections législatives.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.