Effet de distorsion

19/11/2010
Effet de distorsion

Donald Kaberuka (photo), le président de la Banque africaine de développement (BAD) était l’invité jeudi à Londres du Foreign Policy Centre, un Think tank dépendant du Foreign Office (le ministère des Affaires étrangères britannique).
Thème de la discussion, comment faire cohabiter les économies de pays en pleine expansion (Chine, Inde, Brésil) et celles des pays en développement, notamment en Afrique.
M. Kaberuka avait à ses côtés Paul Collier, de l’Université d’Oxford.
A la question de savoir ce que les pays européens pouvaient faire pour améliorer leur aide au développement, le patronde la BAD a déploré la tendance des pays donateurs a orienter systématiquement celle-ci vers les Etats qui vont mieux au détriment de ceux qui ont connu de graves difficultés.
Pour illustrer son raisonnement, Donald Kaberuka a cité l’exemple du Togo en expliquant que ce pays ne bénéficiait pas des mêmes attentions et des mêmes appuis financiers que ses voisins, alors qu’il a des besoins identiques.
On pense bien sûr au Ghana qui croule sous l’aide internationale.
« Tous ces pays appartiennent au même espace économique et une telle pratique discriminatoire peut produire des effets de distorsion sur les efforts d'intégration », a souligné M. Kaberuka.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.

Administration bien plus rapide

Tech & Web

Le président Faure Gnassingbé a inauguré lundi le réseau e-gouvernement. 560 administrations sont reliées entre-elle par fibre optique.

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.