Energie : l'avenir passe par le GNL

05/06/2015
Energie : l'avenir passe par le GNL

L'option du GNL semble la meilleure

Si le Togo ne s’était pas dotée d’une nouvelle centrale thermique, le pays serait aujourd’hui plongé dans le noir, n’en déplaise à tous ceux qui accablent les pouvoirs publics.

Depuis plusieurs semaines, les clients de la CEET (compagnie publique d’électricité) sont victimes de délestages récurrents. A l’origine des coupures, l’impossibilité pour le Ghana de livrer la quantité d’énergie prévue contractuellement.

Pire encore, le Nigeria a cessé ses approvisionnements en gaz naturel via le pipeline ouest-africain (WAPCO).

Financée, construite et gérée dans le cadre d’un partenariat public-privé par la compagnie américaine ContourGlobal, la centrale de Lomé fonctionne à pleine capacité pour pallier aux carences des deux fournisseurs. Mais elle doit recourir au fioul lourd (HFO) alors que sa conception reposait sur l’utilisation du gaz naturel livré par le Nigeria. Les quantités promises n’ont jamais été atteintes.

Et il y peu de chance pour que cela arrive un jour à moins d'un miracle.

Aussi, les experts en énergie envisagent sérieusement l’option du gaz naturel liquéfié (GNL), du méthane porté à très basse température pour le faire passer à l'état liquide et en réduire le volume, et ainsi pouvoir le transporter par méthaniers.

Le GNL devrait dépasser le gaz en réseau d'ici 2035.

Le GNL a deux grands intérêts. Il permet de transporter du gaz sur de très longues distances plutôt que de construire des tuyaux sur des dizaines de milliers de kilomètres, le gazoduc ouest-africain a coûté 1 milliard de dollars !

Deuxième avantage, sa flexibilité en termes de destinations. Il est possible de réorienter les navires en fonction des demandes sur l'ensemble de la planète, ce qui est impossible pour les gazoducs.

Recours au HFO

La société britannique Gasol, qui prévoit d’importer du gaz liquéfié au Bénin pour le revendre à des pays de la région comme le Togo et le Ghana, vient de s’allier avec la compagnie publique d’Azerbaïdjan Socar. Elle lui fournira du LNG et l’assistera pour les équipements de stockage flottants et pour la construction d’une unité de regazéification au port de Cotonou.

Les dirigeants de ContourGlobal réfléchissent sérieusement à cette option. Malheureusement, sa mise en œuvre en Afrique de l’Ouest prendra encore plusieurs années, au minimum 5 ans selon les spécialistes.

D’ici là, la centrale de Lomé devra se contenter de faire tourner ses turbines au HFO et un peu au gaz en fonction du bon vouloir des propriétaires du WAPCO.

Quoi qu’il en soit, la décision de construire cette centrale il y a 5 ans a évité au Togo un blackout général.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La FTF noue de nouvelles alliances

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) tente de se reconstruire après des années d’errance et de gestion calamiteuse.

Nouvelle alerte à la méningite

Santé

Depuis le 1er janvier, 201 cas de méningite ont été identifiés au Togo. Le bilan actuel est de 17 morts dans 17 districts sanitaires.

Affrontement d’idées

Culture

La 2e édition du championnat des joutes verbales francophones aura lieu du 25 février au 18 mars à Lomé. 

Premier album pour Valentine Alvares

Culture

Après une multitude de singles, la chanteuse togolaise Valentine Alvares sort son premier album. Elle met le cap à l'international.