Eradiquer la faim dans le monde

16/11/2009
Eradiquer la faim dans le monde

Les chefs d'Etat et de gouvernement, réunis pour un sommet de la FAO à Rome se sont engagés lundi à "éradiquer la faim dans le monde", qui touche plus d'un milliard d'êtres humains, sans toutefois se fixer de délai.

Dès l'ouverture du sommet dans la matinée, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a égréné une série de chiffres dramatiques: "aujourd'hui, plus de 17.000 enfants vont mourir de faim. Un toutes les cinq secondes. Six millions par an. Ceci n'est pas acceptable. Nous devons agir"."Il nous faut effectuer des changements significatifs pour pouvoir nous nourrir et en particulier protéger les plus pauvres et les plus vulnérables", a expliqué M. Ban, en soulignant que pour nourrir plus de 9 milliards d'humains - en 2050 - il faudra accroître la production alimentaire de 70%.

Dans une déclaration finale adoptée au premier jour des travaux, les participants se sont engagés à "éradiquer la faim dans le monde", mais la date-butoir pour y parvenir, 2025, a été supprimée du projet initial.

En revanche, ils ont réitéré l'objectif de "réduire de moitié le pourcentage et le nombre de personnes souffrant de la faim et de la malnutrition d'ici à 2015".

Les pays membres de la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture) avaient déjà réitéré cet objectif du Millénaire en juin 2008. Depuis, le nombre de personnes souffrant de la faim est passé de 850 millions à 1,02 milliard.

Aucun chiffre ne figure non plus sur les investissements nécessaires pour accroître la production agricole, notamment pas les 44 milliards de dollars annuels pour l'agriculture, jugés nécessaires par le directeur général de la FAO, Jacques Diouf.

La déclaration finale prévoit seulement "d'inverser la tendance à la diminution des financements nationaux et internationaux consacrés à l'agriculture, à la sécurité alimentaire et au développement rural des pays en développement".

Devant les participants, le pape Benoît XVI a fustigé "l'égoïsme", dénoncé "la spéculation" sur le marché des céréales, et contesté "le recours à certaines formes de subventions qui perturbent gravement le secteur agricole".

Une soixantaine de chefs d'Etat, venus surtout d'Afrique, d'Asie et d'Amérique Latine, avaient répondu à l'invitation de la FAO dans la capitale italienne.

Parmi eux, le président du Togo Faure Gnassingbé, son homologue brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva ou le colonel libyen Mouammar Kadhafi.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Coopération agricole avec Israël

Cédéao

Le ministre de l’Agriculture, Ouro-Koura Agadazi, effectue depuis lundi une visite de travail en Israël.

Echange de bons procédés

Union Africaine

Les grandes manœuvres ont débuté pour l’obtention des postes de prestige à l’Union africaine.

Les inégalités entre les genres coûtent une fortune à l'Afrique

Développement

L’édition 2016 du rapport sur le développement humain en Afrique, réalisé par le PNUD, a été présentée lundi à Lomé.

L'engagement des Togolais de l'extérieur

Diaspora

Un membre de la Diaspora a annoncé son intention de créer une institution de micro finance pour venir en aide aux plus démunis.