Frédéric Korsaga : « La croissance doit bénéficier à la population »

14/03/2008
Frédéric Korsaga : « La croissance doit bénéficier à la population »

Dans le cadre de la relance des relations entre le Togo et les institutions financières internationales, une mission de la Banque Africaine de Développement (BAD) séjourne à Lomé depuis le jeudi.

Objectif, évaluer les besoins pour aider le pays à assurer sa relance économique après des années de crise politique et sociale. La BAD a mis en Œuvre un mécanisme spécifique destiné à aider les « Etats fragiles ». Ceux qui sortent d'un conflit, comme la Côte d'Ivoire, ou de tensions politiques comme au Togo.Frédéric Korsaga est le chef de la délégation de la BAD actuellement au Togo. Il répond aux questions de republicoftogo.com

Pouvez-vous nous situer l'objet de votre mission ?

Frédéric Korsaga :

Cette mission s'inscrit dans le cadre des missions d'études que les administrateurs organisent chaque année dans les pays membres. Cette année, le thème qui a été choisi est celui des « Etats fragiles » et des pays à revenus intermédiaires.

Ainsi nous avons sélectionné au total six pays. Le premier groupe a visité trois pays, le Libéria, la Sierra Leone et l'Afrique du Sud. Notre groupe va visiter deux Etats fragiles la Côte d'Ivoire et le Togo, ensuite nous irons au Gabon qui est un pays à revenu intermédiaire.  

Cette mission est d'abord de permettre aux administrateurs de comprendre les besoins et les priorités de développement de chaque pays ; ensuite d'évoquer les actions requises avec les autorités pour consolider et approfondir le dialogue entre le pays et la BAD ainsi qu'avec les partenaires au développement, la société civile et le secteur privé.

Ces échanges contribuent à améliorer l'efficacité de l'aide au développement et les résultats des projets et programmes financés par notre institution.

Dans le cas précis du Togo, pensez-vous que les avancées réalisées aujourd'hui offrent un cadre propice à l'investissement ?

Frédéric Karsoga :

Oui. Nous pensons que le Togo après avoir traversé une période très difficile qui a duré quinze ans offre aujourd'hui l'occasion très importante à tous les togolais de se parler et de discuter des projets de développement.

A la suite des élections législatives, nous observons que ce pays a amorcé le chantier de l'amélioration du renforcement de la démocratie afin d'instaurer la paix.

Ce sont des préalables à tout développement. Et c'est dans ce cadre que peut évoluer le secteur privé. C'est pourquoi nous encourageons et félicitons les autorités et tous les partenaires à poursuivre leurs actions en vue d'améliorer le processus de démocratie (qui n'est pas facile) et de s'engager résolument vers des réformes structurelles sectorielles qui sont des gages pour emprunter le chemin d'une croissance durable en vue de réduire la pauvreté.

Nous voulons  croissance qui bénéficie à la population. Pour cela nous ne voulons pas engager des ressources pour qu'elles ne soient pas utilisées au mieux. Ces réformes sont nécessaires  pour permettre à des pays comme le Togo de bénéficier des engagements que la banque fera.

En quoi vont concrètement consistent vos engagements vis-à-vis des pays fragiles comme le Togo ?

Frédéric Karsoga :

Nous avons adopté le 7 mars 2008, un document important qui est la stratégie d'engagement accru de la banque au niveau des pays fragiles.

Cette stratégie qui est composée de trois piliers permettra à la banque d'abord d'aider le pays à régler tous ses arriérés qui bloquent la reprise de ses relations avec la banque, ensuite d'apporter des ressources supplémentaires à celles déjà affectées déjà au pays pour lui permettre de pouvoir financer toutes les actions allant dans le sens de la bonne gouvernance, des infrastructures de base et de renforcer ses capacités en  ressources humaines afin que celles-ci parviennent à s'approprier les projets  pour les gérer au mieux.

Ces piliers vont donc s'appliquer au Togo et le pays va, une fois que le problème de la dette sera réglé avec l'appui de la BAD, renouer avec l'intervention de la banque.

Nous pouvons alors espérer que la BAD va, dans tous prochains jours, reprendre les décaissement en faveur du Togo ?

Frédéric Karsoga :

Dans un premier temps le Togo ne bénéficiera pas de prêts, mais va bénéficier de dons pour qu'il puisse d'abord restaurer sa capacité d'endettement.

Ce n'est qu'après cela que la Banque va reprendre les prêts avec le Togo.

Dans tous les cas c'est clair qu'en tant que Banque africaine de développement, nous nous devons pouvons d'aider ce pays à renouer le dialogue avec nous.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.