Haute valeur ajoutée

27/06/2011
Haute valeur ajoutée

L’Association des grandes entreprises du Togo (AGET) vient de le choisir Josée Kwassi Symenouh pour piloter une organisation qui regroupe la fine fleur de l’économie togolaise.

Les sociétés, membres de l’AGET ont réalisé en 2010 un CA de  425 milliards de Fcfa. Leur contribution au budget de l’Etat est de l’ordre de 72 milliards et elles emploient près de 6000 personnes.

Republicoftogo.com : Le rôle prépondérant joué par l’association lui permet-elle de peser sur les grandes réforme du secteur privé ?

Josée Kwassi Symenouh : Compte tenu du poids joué par nos membres, la voix de l’AGET est entendue et toujours prise en considération.  

Evidemment il appartient aux politiques de faire les choix fondamentaux, mais ils savent pertinemment que l’intérêt du Togo ne peut être dissocié de celui des grandes entreprises. 

Un exemple : le livre blanc de l’économie du Togo, rédigé par notre association, a été très bien accueilli par le monde politique et s’est révélé très utile au moment des reformes.

Republicoftogo.com : Les perspectives de reprise sont-elles solides ?

Josée Kwassi Symenouh : Je réponds par l’affirmative sans hésiter au regard de ce que nous constatons aujourd’hui.  

Nous voyons d’abord l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE et l’allégement de la dette extérieure de 1.8 milliards de USD, ensuite une réduction effective de cette dette par des annulations successives (France, Suisse, le Japon et récemment l’Allemagne). 

Le retour des bailleurs de fonds comme la Banque Mondiale, le FMI, l’Union Européenne et d’autres est aussi effectif. Et enfin nous observons que le gouvernement est décidé à réussir le pari du redressement à travers des actions importantes comme la cohésion nationale, la gouvernance démocratique, des actions sur les leviers économiques, le développement solidaire et une plus grande présence et reconnaissance du Togo au plan international. 

Le Togo doit retrouver la place qui était la sienne. Les bailleurs de fond, le gouvernement, les chefs d’entreprise sont décidés à ce qu’il en soit ainsi. Toutefois ceux-ci tirent le signal d’alarme sur les charges qui pourraient rapidement devenir excessives. Il faudra rester vigilant sur ce point.

Josée Kwassi Symenouh

Republicoftogo.com : Quel est votre programme à la tête de l’AGET ?

Josée Kwassi Symenouh : Il appartient à l’AGET de montrer au monde des affaires et aux investisseurs potentiels, qu’ils viennent d’Europe, d’Asie ou d’ailleurs, que le Togo peut être une destination saine et sûre.

Les multiples avantages du pays qui vont du port en eau profonde  à une  main d’œuvre qualifiée et performante doivent être mis en valeur.

Notre premier grand chantier est et sera la protection des intérêts des entreprises au sens large et je ne parle pas ici de la protection seulement des actionnaires, je parle de tout ce qui compose une entreprise : la qualité des produits et des services, la clientèle, l’activité, le personnel et l’emploi. Toutes ces composantes sont considérées comme prioritaires par l’AGET.

La deuxième priorité est la lutte contre la hausse des charges de manière à préserver et à améliorer la compétitivité. Je pense en particulier au coût de l’énergie, à la fiscalité ou aux redevances douanières.

Il y a également la formation professionnelle. En effet nos entreprises manquent de main d’œuvre qualifiée. Trouvez-vous normal qu’en cette période de chômage elles soient obligées de recruter du personnel à l’étranger ? L’AGET va, avec l’appui des bailleurs de fonds, participer à la politique menée par le gouvernement sur l’amélioration des schémas en place concernant la formation professionnelle.

Republicoftogo.com : Où se situe l’AGET par rapport au Patronat et à la Chambre de commerce et d’industrie du Togo (CCIT) ?

Josée Kwassi Symenouh : Nous sommes complémentaires.

Pour ce qui concerne le patronat, je rappelle que l’AGET en est une composante. Avec la CCIT, nous travaillons sur de multiples projets communs de manière très constructive.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Intégration technologique

Tech & Web

La Cédéao veut parvenir à l’intégration, y compris pour tout ce qui concerne le secteur des télécommunications, très porteur.

Au Maroc, Agadazi explique comment le Togo combat la pauvreté

Développement

Lutter contre la pauvreté est a priorité des priorités pour le gouvernement. De nombreuses initiatives ont vu le jour.

L'AIBA veut populariser la boxe au Togo

Sport

L’International boxing association (AIBA) a lancé vendredi l’année de la boxe en Afrique destinée à promouvoir cette discipline sur le continent.

Une justice en mouvement

Justice

Une étude réalisée par Afrobaromètre révèle que dans la plupart des pays africains, des obstacles majeurs entravent encore l'accès des citoyens à la justice.