Inauguration du Royal Lomé Plazza

01/04/2015
Inauguration du Royal Lomé Plazza

Lu-Pan Zhong (G) avec son frère Hu sur la terrasse du Royal Lomé Plazza

Ce n'est pas poisson d'avril tous les jours. Toutefois, l'histoire contée ci-dessous pourrait un jour - et dans pas très longtemps - devenir réalité. En attendant bon séjour et bonne lecture !

Après plus d’un an de retard sur le calendrier, le Royal Lomé Plazza ouvrira ses portes mercredi. Un soft opening d’un mois est prévu.

Avec 995 chambres, 9 restaurants, un spa, 3 piscines, 2 casinos, 4 discothèques dont un bar karaoké, une galerie marchande, une plage privée,  un parcours de golf de 18 trous, des tennis et un spot de kitesurg, le complexe est l’un des plus importants d’Afrique subsaharienne.

Construit en bord de mer sur le site de l’ancien hôtel Tropicana (10 mn du centre ville), le resort veut séduire une clientèle de touristes et d’hommes d’affaires.

Chambres spacieuses et très luxueuses, service 5 étoiles, haute gastronomie africaine et internationale, personnel togolais (formé à l’Institut Confucius de Lomé) et singapourien recruté récemment sera aux petits soins pour une clientèle ultra-exigeante.

Financé par le groupe de Hong-Kong ‘Asian Leisure’, le Royal Lomé Plazza a coûté la bagatelle de 275 millions de dollars. Un investissement conséquent mais mesuré, souligne Lu-Pan Zhong, le président de la société venu à Lomé inaugurer son dernier bébé.

Asian Leisure possède de nombreux établissements au Japon, en Corée, en Chine et en Indonésie, mais c’est le premier inauguré en Afrique.

Comment parvenir à des taux de remplissage satisfaisants avec près de 1.000 chambres et donc rentabiliser l’ensemble ? De nombreux analystes et spécialistes du secteur restent dubitatifs et mettent en doute la réussite du projet.

Des remarques qui font sourire M. Zhong. ‘Notre business model est éprouvé. Nous n’aurions pas investi 275 millions de dollars juste pour le plaisir’, explique ce quinquagénaire, diplômé de la London School of Economics, issu d’une famille qui a fait fortune dans l’industrie du jeu à Macao.

Et le business model est effectivement en béton.

Le groupe possède une compagnie aérienne, ‘Fly Asian Leisure ’ qui exploite une flotte de 20 Boeing 777 au départ de Beijing, Shanghai et Shenzen. L’objectif est de vendre des packages aux touristes chinois comprenant le transport aérien et une semaine de séjour au Togo.

3 vols hebdomadaires sont prévus à partir du mois de juin 2015, de quoi remplir aisément l’hôtel. C’est 52.000 touristes chinois qui devraient séjourner au Royal Lomé Plazza chaque année.

Une idée de génie, encore fallait-il y penser.

Face à l’afflux de visiteurs chinois attendus, la signalétique du nouvel aéroport de Lomé a été modifiée à la hâte. Le Mandarin côtoie désormais le Français et l’Anglais. Tout un symbole.

Chambres luxueuses

Le personnel au sol a été formé en conséquence, explique Gnama Latta, le directeur de l’Agence nationale de l’aviation civile qui s’est mis lui même à l’apprentissage de la langue… avec difficulté.

Dans la capitale, les commerçants se réjouissent de l’ouverture d’une nouvel hôtel et s’adaptent tant bien que mal à cette future clientèle. 

Côté restaurants, on anticipe également. Le Belle Epoque, qui proposait depuis des années des spécialités françaises, a bouleversé sa carte, recruté un chef originaire de Chongqing et refait le décor dans le style d’une fumerie d’opium. Un choix qu'assume le chef Yohan Vignaud qui précise que l'opium n'est pas au menu.

Quant au Béluga, haut lieu des dîners chics, la moitié de la salle est désormais dédiée au wéiqí, l’un des plus anciens jeux chinois de stratégie.

Enfin, Alt München, fameuse brasserie allemande située près du port, s’est débaptisée pour s’appeler ‘La concession française’. Choucroutes et autres roestis ont laissé place au canard laqué, au MaPo ToFu, au Bo bun de bœuf ou au hochepot d'agneau.

‘Que voulez-vous, l’Allemagne a quitté le Togo en 1918, on n’a pas d’autre choix que de s’adapter', commente médusé le patron, Marc Mulfarth.

Les autorités ne sont pas en reste. La grande mosquée et la cathédrale seront transformées une fois par semaine en temple taoïste et bouddhiste. ‘C’est le minium que l’on puisse faire et cela symbolise bien la tradition d’accueil des Togolais’, explique le contre amiral Fogan Adégnon, président de la délégation spéciale de la ville de Lomé (l’équivalent du Maire).

Lu-Pan Zhong se félicite de l’enthousiasme manifesté par les Togolais. ‘Nous avions envisagé à l’origine d’implanter le resort au Ghana ou au Niger, mais c’est finalement le Togo qui a été retenu justement en raison de son hospitalité’.

Le hall d'entrée

Tout ça c’est très bien mais bientôt on ne sera plus chez nous, peste un Zémidjan (taxi moto) rencontré en face de l’hôtel. ‘A ce rythme dans 10 ans l’Ewé, le Mina ou le Kabyé auront laissé la place au Mandarin comme langue officielle’.

Qu’il se rassure, l’enseignement du Mandarin ne sera obligatoire qu’à partir du collège dès la rentrée prochaine, précise Yao Florent  Badjam Maganawe, le ministre des Enseignements primaire et secondaire.

L’inauguration du Royal Beach Plazza de Lomé illustre une nouvelle fois l’offensive des groupes asiatiques – et pas seulement chinois – sur le continent africain.

Le premier vol est prévu le 6 mai prochain en provenance de Shanghai. 

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Tchanilé Banna radié à vie

Sport

L’ancien entraîneur des Eperviers, Tchanilé Banna, organisateur d’un match bidon au Bahreïn en septembre 2010, a été radié à vie par la FIFA.

Un univers musical sans frontières

Culture

Le franco-togolais Jer Ndoti donnera un concert vendredi à l'Institut Français du Togo. Un voyage dans l'univers du jazz et des musiques afri-cubaines.

French cancan sous les tropiques

Culture

Fin d’année en beauté au Togo. La troupe du Moulin Rouge, le célèbre cabaret parisien débarque à l’hôtel Radisson Blu de Lomé.

Un nouveau monde

Tech & Web

Cina Lawson, la ministre de l’Economie numérique, est l’invitée jeudi des Thursday’s Private Afterwork (TPA),