Intégration à tout prix

19/05/2014
Intégration à tout prix

Après une décennie d’instabilité politique et de violences, les huit pays membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) semblent sorts des années noires. Et vont pouvoir relancer une véritable politique d’intégration. Jeune Afrique, en kiosque lundi, consacre un dossier complet à cette organisation régionale qui fête son XXe anniversaire.

L’UEMOA affirme dans un publi-reportage qu’elle entent accélérer l’intégration. Mais un article souligne toutefois qu’en matière de douane, de commerce, de transports, de banques, l’Union n’existe en grande partie que sur le papier. Pour améliorer les résultats, les huit membres, dont le Togo, vont devoir apprendre à jouer collectif.

Mais pour le Togolais Adoh Kossi Amenounve, directeur général de la BRVM, la Bourse régionale. ‘Le marché financier est déjà une parfaite illustration de l’intégration régionale de l’Union’.

Jeune Afrique note que la région est aussi le théâtre d’une vive concurrence autour des ports. Si Abidjan conserve le leadership, Lomé s’affirme comme une plateforme ultra-compétitive avec la modernisation et l’extension du site (3e quai et terminal de transbordement). Le Togo bénéficie d’une situation idéale, porte d’accès vers les pays enclavés (Burkina, Mali, Niger).

 

 

Jeune Afrique N° 2784

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.