Investir ou pirater, il faut choisir

02/02/2016
Investir ou pirater, il faut choisir

La fraude représente 20% du CA annuel

La Compagnie énergie électrique du Togo (CEET) s’attèle à l’extension du réseau dans la périphérie de Lomé et dans les régions rurales. Elle prévoit d’investir 40 milliards de Fcfa.

Mais ses résultats financiers sont plombés par la fraude à large échelle à laquelle se livrent de nombreux utilisateurs qui s’alimentent à partir de branchements pirate, ce qu’on appelle les toiles d’araignées.

‘Les branchements anarchiques ne sont tolérables ni à Lomé, ni à l’intérieur du pays’, a répété mardi Bolidja Tiem, le directeur de la planification et des investissements à la CEET.

Le raccordement des banlieues et des villages est une nécessité pour améliorer la qualité de vie des habitants. La finalité n’est pas d’encourager le piratage, mais d’assurer la fourniture d’un service public de qualité qui doit être payé, explique-t-on auprès de la Compagnie.

Il appartient donc aux consommateurs de faire preuve d’un minimum de civisme.

Plus la fraude se développera et moins la CEET aura les moyens d’assurer de nouveaux investissements et d’entretenir le réseau.

En 2015, la fraude a fait perdre à l’opérateur plus de 20 milliards.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Liberté, modernité, efficacité

Justice

Le secteur de la justice est en phase d'évolution et de modernisation. Un audit donne des pistes pour davantage d'efficacité. 

Mango et Dapaong bénéficient d'un appui de l'UE

Coopération

L'UE va consacrer plus de 300 millions à la réhabilitation du réseau d’eau potable à Mango et Dapaong.

Klassou lance la riposte

Santé

Le Premier ministre, Komi Selom Klassou, a reçu jeudi Christian Maoula, le directeur d’ONUSIDA pour le Togo.

Analyse qualitative

Santé

Cofinancé par la Fondation Mérieux et l’AFD, le nouveau laboratoire central a été inauguré jeudi à Lomé.