L'axe de la coprospérité

15/04/2009
L'axe de la coprospérité

Cédéao, Uemoa, autant d'organisations économiques et financières régionales qui ont démontré au fil des ans leur pertinence, mais parfois aussi leurs faiblesses. C'est sans doute ce qui a conduit le Togo, le Bénin, le Ghana et le Nigeria à créer en février dernier une « Zone d'Alliance de Coprospérité » (ZACOP). Un laboratoire de ce que pourrait être un jour l'intégration africaine. Un test intéressant en tout cas pour l'avenir économique de la région.

Essowédéou Agba est le secrétaire exécutif adjoint de cette nouvelle organisation. Il a été nommé à ce poste –avec rang de ministre- par le président Faure Gnassingbé. Republicoftogo.com : Quelle est l'intérêt d'une telle alliance ?

Essowédéou Agba :

Ma nomination à ce poste témoigne de l'intérêt que le Togo porte à cette nouvelle organisation.

La Zacop est une structure qui met l'accent sur le développement et la croissance économique partagée, soutenue par la libre circulation des biens, des personnes, des capitaux, des services et une harmonisation des politiques fiscales, monétaires et d'investissement.

Republicoftogo.com : Concrètement que fait la Zacop pour mettre en pratique ce que vous venez d'énoncer ?

Essowédéou Agba :

Un sommet des chefs d'Etat des pays membres est prévu au Togo dans les semaines à venir. Cette réunion permettra justement de lancer effectivement les activités de la Zacop.

Pour l'instant, la volonté politique est largement exprimée, les experts ont déjà travaillé sur le fonctionnement pratique de cette alliance. Dès que les chefs d'Etat l'auront entériné, nous pourrons engager véritablement la phase opérationnelle.    

Republicoftogo.com : La Zacop ressemble, à certains égards, à l'Uemoa ou à d'autres organisations régionales. Comment votre alliance pourra-t-elle se différencier ?

Essowédéou Agba :

La « coprospérité » est un concept nouveau. Les Etats membres se mettent d'accord pour assurer l'interpénétration des économies par le partage des coûts et des gains. Ce n'est pas exactement ce font les autres organisations sous régionales. C'est un peu comme les débuts de l'Union Européenne où l'Allemagne et la France sont convenues d'un accord sur l'acier et le charbon. Aujourd'hui cette organisation a fait du chemin…

Republicoftogo.com : Croyez-vous vraiment que cette organisation sera efficace. Les exemples passés ne militent pas en ce sens.

Essowédéou Agba :

En tant qu'inspecteur des douanes et financier, je suis convaincu de la réussite du projet. Je pense que c'est l'organisation qui manquait ; d'ailleurs plusieurs pays pourraient nous rejoindre très prochainement.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le PNUD offre de la mobilité au HCRRUN

Coopération

Des véhicules 4X4 viennent d'être offerts au Haut Commissariat pour faciliter le processus d'indemnisation. 

Guinée Bissau : la Cédéao brandit la menace de sanctions

Cédéao

Faute d'avoir respecté ses engagements vis à vis de la Cédéao, la Guinée Bissau pourrait être sanctionnée par l'organisation régionale.

La transformation numérique est lancée

Tech & Web

Depuis jeudi, les étudiants des universités publiques disposent d’une connexion internet Wi Fi haut débit. Accès disponible dans les salles de cours et sur le campus.

Mauvaise chute

Sport

Les Eperviers du Togo chutent lourdement au dernier classement FIFA publié jeudi. Cinq points de moins.