L’illusion d’un espace économique commun

23/12/2014
L’illusion d’un espace économique commun

Kako Nubukpo Photo © Emmanuel Pita

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a des ambitions économiques. Certains lui reprochent de vouloir devenir un mini FMI sans en avoir les moyens. D’autres conseillent à ce regroupement de pays plus ou moins francophones de se consacrer essentiellement au volet culturel en aidant au développement de l’éducation et en accompagnant l’Afrique à franchir le gap numérique.

De nouvelles idées fusent comme celle de créer un espace économique francophone considéré par plusieurs experts comme une forme de cadre de coopération néocolonial.

Dans une tribune publiée par Jeune Afrique, trois spécialistes du continent estiment que l’addition simpliste de pays ou l’essentiel des populations ne parle en réalité pas le français mais d’autres langues, africaines ou non, conduit à créer l’illusion d’un espace économique commun qui représenterait 6 à 8% de l’économie mondiale.

C’est le point de vue de Jean-Joseph Boillot, économiste, Chérif Salif Sy, économiste et Kako Nubukpo, ministre togolais de la Prospective  et de l’Evaluation des politiques publiques. 

Pour les auteurs, l’OIF peut jouer un rôle utile dans le développement économique de l’Afrique dès lors qu’elle cible deux des problèmes majeurs du continent, la gouvernance et le développement humain. 

Jeune Afrique N°2815

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.