La BOAD prend 23,3% du capital de Cauris

10/10/2009
La BOAD prend 23,3% du capital de Cauris

La Banque ouest-africaine de développement (BOAD), dont le siège est au Togo, a signé jeudi à Lomé un contrat de prise de participation au capital du Fonds Cauris croissance II à hauteur de 7 milliard de francs CFA (environ 14 millions de dollars US). Cette prise de participation représente 23,3% du capital prévisionnel du Fonds fixé à 30 milliards de FCFA (60 millions de dollars US), indique la Banque, qui précise que Cauris management S.A va ainsi disposer de ressources supplémentaires pour apporter son soutien financier aux entreprises dans les pays de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

Le contrat de prise de participation a été signé par le vice- président de la BOAD, Bassary Touré et le directeur général de Cauris Management S.A, Noël Yawo Eklo.

Créé en 1995, Cauris Management S.A intervient en fonds propres dans les entreprises disposant d'un fort potentiel de croissance et de rentabilité sous forme d'actions simples ou privilégiées, d'obligations convertibles ou à bons de souscriptions d'actions, de prêts participatifs, de comptes courants de sociétés.



Il constitue la première structure de capital-investissement qui couvre les 8 pays de l'UEMOA et ayant une vocation sous-régionale.

En photo : Abdoulaye BIO-TCHANE, président de la BOAD

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

A livres ouverts

Culture

La Foire internationale du livre de Lomé (FI2L)  aura lieu du 10 au 13 novembre à Lomé sur le site de la Blue Zone de Cacavéli.

Rentrée des avocats

Justice

Le barreau de Lomé a effectué vendredi sa rentrée solennelle au Palais de justice de Lomé.

Terrorisme : coordonner la lutte

Cédéao

Faure Gnassingbé qui préside la Cédéao a participé samedi à Bamako. la conférence régionale sur la situation sécuritaire dans le Sahel et en Afrique de l’Ouest.

Danke sehr !

Coopération

L'Allemagne poursuit sa coopération avec le Togo. Nouvel appui de 37 millions d'euros en faveur des secteurs prioritaires.