La Bavière accueille le Togo

26/05/2011
La Bavière accueille le Togo

Une Journée économique consacrée au Togo s’est déroulée jeudi à Munich à l’initiative de la Chambre de commerce et d’industrie de Munich et de la Bavière (IHK). C’est le Premier ministre, Gilbert Houngbo (photo), qui conduisait une imposante délégation composée de plusieurs ministres (Affaires étrangères, Commerce & Promotion du secteur privé, Transport, Economie), de représentants de la Chambre de commerce du Togo et d’une cinquantaine d’hommes d’affaires venus de Lomé.
Près de 500 participants – essentiellement des entreprises de la région de Munich – avaient répondu à l’invitation. C’est la première fois que le Togo organise une rencontre de ce genre en Allemagne depuis près d’un quart de siècle.
« Voici dans cette salle pittoresque, la convergence souhaitée de deux mondes et de deux horizons que l’histoire a unis dans le cadre d’une amitié fondée sur des facteurs historiques séculaires, amitié qui a su transcender les péripéties historiques et politiques , a déclaré M. Houngbo en ouvrant les travaux, rappelant au passage que « les milieux des affaires n’aime surtout pas l’instabilité sociopolitique. Comme partout ailleurs, le Togo a vécu des moments difficiles tant au plan politique qu’économique. Mais grâce à l'engagement et la mobilisation citoyenne des acteurs politiques et de la société civile, nous  avons résolument tourné une page et sommes engagés vers l’avenir en nous dotant d’une vision qui inscrit désormais l’obligation de résultats au fronton de la cité ».

Jutta Herbig-Lang, Senior project manager Infrastructure Division Africa, Banque KFW

Les choses étant dites franchement, le chef du gouvernement togolais, tout en félicitant les autorités de Berlin pour leur soutien dans l’effort de redressement du Togo, a invité le secteur privé allemand à investir au Togo dans les infrastructures, les télécommunications, l’industrie, la finance ou le tourisme.
« Investir au Togo c’est  parier sur le ticket gagnant », a martelé Gilbert Houngbo.
De son côté Jonathan Fiawoo, le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Togo, a souligné que cette journée « avait pour vocation de faire découvrir et redécouvrir aux entreprises allemandes, le nouveau Togo en pleine mutation, le nouveau Togo en phase avec les institutions  financières internationales et le nouveau Togo plein de potentialités à explorer ».   
Le ministre du Commerce, Kwesi Séléagodji Ahoomey-Zunu, a, pour sa part, vanté les mérites d’un environnement beaucoup plus favorable pour les entreprises avec des formalités accélérées et une imposition douce.
Enfin, Mongo Aharh-Kpessou, le Secrétaire permanent pour le suivi des programmes financiers a rappelé les réformes profondes engagées en matière d’assainissement des finances publiques, de lutte contre la corruption et de bonne gouvernance qui ont permis l’annulation de 80% de la dette extérieure du Togo par le FMI, la Banque mondiale et le Club de Paris.
Un contexte favorable confirmé par plusieurs intervenants allemands lors de la Journée économique, dont Timm Sander, le directeur d’Inros Lackner AG (Brême) présent au Togo depuis de nombreuses années dans le secteur portuaire et les infrastructures, Jutta Herbig-Lang, senior project manager au Groupe bancaire KFW (Francfort), Falk Olaf Petersdorf, membre du Directoire de Bauer Resources ou encore Uwe Baumgartner, le chargé d’Affaires allemand au Togo.
La rencontre s’est achevée dans l’après-midi avec des rencontres individuelles entre entreprises togolaises et allemandes.

Voici l'intervention du Premier ministre

Mesdames, Messieurs,
Je voudrais, au nom du Président de la République, Son Excellence Monsieur Faure Gnassingbé, vous dire combien le gouvernement et le peuple togolais sont heureux  de la tenue ce jour, 26 Mai 2011, de la journée économique du Togo, ici, à Munich.
Voici, en effet, la rencontre tant attendue des représentants des milieux d’affaires allemands avec leurs homologues togolais.
Voici dans cette salle pittoresque, la convergence souhaitée de deux mondes et de deux horizons que l’histoire a unis dans le cadre d’une amitié fondée sur des facteurs historiques séculaires, amitié qui a su transcender les péripéties historiques et politiques.
Mais avant tout, permettez-moi, de féliciter les organisateurs de cet événement historique et d’exprimer notre gratitude aux autorités allemandes pour l’accueil très chaleureux réservé à ma délégation et à moi-même depuis que nous avons foulé le sol de votre grand et beau pays, un pays plein de symbole pour le peuple togolais.
Mesdames et Messieurs,
On dit souvent que l’argent n’aime pas le bruit. Mieux encore, le milieu d’affaires n’aime pas le bruit. C’est pourquoi je m’efforcerai d’aller directement au but.
Mesdames, Messieurs,
S’il est vrai que le l’argent n’aime pas le bruit, il est aussi certain que le milieu des affaires n’aime surtout pas l’instabilité sociopolitique. Comme partout ailleurs, le Togo a vécu des moments difficiles tant au plan politique qu’économique. Mais grâce à l'engagement et la mobilisation citoyenne des acteurs politiques et de la société civile, nous  avons résolument tourné une page et sommes engagés vers l’avenir en nous dotant d’une vision qui inscrit désormais l’obligation de résultats au fronton de la cité.
La stratégie du gouvernement, tirant leçons de son passé récent, est donc de poursuivre le renforcement des acquis démocratiques, au titre de la gouvernance démocratique et économique, développer et moderniser les infrastructures tout en s’appuyant sur les secteurs porteurs de croissance (les  mines,  l’énergie, le tourisme, les  télécommunications, les PME/PMI et l’agriculture) afin de pouvoir financer davantage les secteurs sociaux (santé, éducation, eau) au profit des populations.
C’est ainsi que depuis l’année 2006, sous la conduite du Chef de l’Etat, les réformes se succèdent au Togo dans le secteur économique et financier, dans le domaine politique et social en vue de créer un pays nouveau réconcilié avec lui-même et avec ses partenaires. Sans céder à un auto satisfécit béat, nous pouvons affirmer que notre pays est sur la bonne voie et qu’il aborde l’avenir sous des perspectives encourageantes.
Sur le plan politique, depuis la signature de l’accord politique global en 2006 entre les principaux acteurs politiques togolais, nous avons instauré un climat politique apaisé avec l’enracinement progressif de la démocratie et de l’Etat de droit.

Vue partielle de la salle où se déroule la Journée économique du Togo

La vie politique est animée par une diversité de partis politiques avec une Assemblée nationale qui compte 81 sièges que se partagent le Rassemblement du Peuple Togolais (RPT) avec 50 sièges, l’Union des Forces de  Changement (UFC), 17 sièges, l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), 10 sièges et le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR), 4 sièges.
Désormais placée sous la vertu du dialogue et de la mise en place, en 2008, d’un Cadre Permanent de Dialogue et de Concertation (CPDC) composé de politiques et de membres de la société civile, la vie politique togolaise a été enrichie par l’adoption de la loi relative au financement des partis politiques par l’Etat, la mise en place en 2009 de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR) en vue de faire la lumière sur les violences à caractère politique survenues au Togo de 1958 à 2005. Pour renforcer les libertés publiques et l’Etat de droit, le Gouvernement s’est attaché avec succès à consolider la liberté de la presse comme en témoigne l’amélioration du classement du Togo dans le Rapport de Reporters Sans Frontières du 95e rang en 2007 au 60e en 2010. La recomposition de la Cour Constitutionnelle ouverte aux membres de l’opposition, de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC), la création du Haut Commissariat Chargé des Réfugiés et de l’Action Humanitaire (HCRAH) et du Conseil Economique et Social ont permis de redonner confiance aux Togolais dans les institutions de leur pays.
Mesdames et Messieurs,
Sur le plan économique, la consolidation des secteurs structurants de l’économie est un « must have », notamment dans le développement et la modernisation des principales infrastructures citées plus haut, mais aussi dans les services.
Dans ce mouvement vers l’avenir, nous entendons concrètement moderniser le Port autonome de Lomé pour en faire un véritable point de transbordement dans la sous-région ouest africaine. Pour accompagner cette dynamique, le gouvernement nourrit l’ambition de réaliser une ligne de chemin de fer et une autoroute reliant le Port de Lomé, à la frontière avec le Burkina-Faso.
Les secteurs des infrastructures aéroportuaires, des routes, de l’Energie, des Télécommunications, des Mines, de l’Industrie viennent, également, s’inscrire dans un programme ambitieux mais réaliste que nous entendons mettre en œuvre dans les années à venir pour affronter les défis d’un monde en pleine mutation et hisser le Togo au rang des pays émergents à l’horizon 2030.
D’autre part, le gouvernement entend aussi poursuivre les réformes économiques qui ont permis au Togo d’atteindre en décembre dernier le point d’achèvement de l’Initiative Pays Pauvres Très Endettés (PPTE), avec à la clé,  la remise de plus de 80% de ses dettes, facilitant ainsi au pays l’accès à des ressources additionnelles devant lui permettre de poursuivre efficacement la lutte contre la pauvreté et la reconstruction du pays.
Je voudrais profiter de cette tribune, pour témoigner, une fois encore, toute notre gratitude aux autorités allemandes qui nous ont soutenus dans ce processus.
Les efforts du gouvernement pour l’amélioration de la gouvernance et de l’environnement des affaires se sont aussi concrétisés par plusieurs autres actions, notamment :
l’adoption d’un nouveau code des investissements plus attractif et innovant et d’un code des marchés publics conforme au standard international,
 la simplification des procédures de création, en trois jours, par la mise en place d’un guichet unique appelé Centre de Formalités des Entreprises (CFE),
et la création de la Cour Arbitrale du Togo (CATO).
En tout état de cause, nous sommes soucieux de renforcer les bases institutionnelles des affaires par :
un système juridique et judiciaire fiable pour l’exécution des contrats et la défense du droit de propriété, à travers un vaste programme de modernisation de la justice en cours d’exécution ;
un marché financier et un système bancaire en pleine réforme;
des infrastructures de communication de qualité pour une meilleure efficacité et efficience dans la gestion des affaires.
L’amélioration du climat des affaires ne saurait être complète sans une lutte vigoureuse et efficace contre la corruption. C’est pourquoi, depuis ces deux dernières années, le gouvernement intensifie ses actions sur ce champ de bataille d’une manière implacable. Au-delà de la création et de l’effectivité de l’Inspection Générale des Finances, nous avons mis en place la Cour des comptes et un nouveau cadre de passation de marchés publics entièrement conforme aux normes internationales avec des organismes de régulation et de contrôle incluant les représentants du secteur privé, des médias et de la société civile. Le Centre National de Traitement des informations Financières (CENTIF) a été aussi mis en place et travaille d’arrache-pied avec tous partenaires contre ce fléau qu’est le blanchiment. Lutter contre la corruption, c’est aussi collaborer positivement avec Transparency International  afin de bénéficier de ses conseils et avis. Et cela, nous le faisons. Lutter contre la corruption, c’est aussi la transparence dans l’extraction et l’exploitation des ressources minières. Le Togo l’a bien compris et a donc rejoint l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE).
Pour ce faire, et fidèle à notre philosophie de l’action, le Togo entend compter en priorité sur ses propres forces.
Mais dans un monde interdépendant et plein d’incertitudes, à l’épreuve des crises à répétition sur le plan économique, financier, alimentaire,  énergétique et du poids des effets du changement climatique, nul ne peut se fermer sur lui-même. Bien au contraire. La nouvelle donne économique mondiale invite plus que jamais au renforcement de la coopération internationale et à la promotion d’un partenariat gagnant-gagnant. C’est dire le rôle capital que doit jouer le secteur privé, fer de lance de la croissance économique.
C’est dans cet esprit que nous venons aujourd’hui dans votre belle et mythique région de l’industrie et de la gastronomie,  la Bavière, organiser avec vous, cette journée économique du Togo qui vise à relancer les relations d’affaires entre les milieux économiques de nos deux pays et redynamiser la coopération entre l’Allemagne et le Togo.
Mesdames et Messieurs les chefs d’Entreprises,
Je puis vous assurer de la reprise économique et de la solvabilité retrouvée du Togo. La dernière mission du Fonds Monétaire Internationale qui a séjourné dans notre pays du 26 avril au 13 mai 2011 a jugé nos performances économiques satisfaisantes avec une poursuite de la croissance économique en 2010 de 3,7%, en évolution, par rapport aux 3,2% de l’année 2009 et seulement 1,1% en 2008. Je voudrais d’ailleurs inviter les opérateurs économiques allemands à visiter le site web du Fonds Monétaire International pour juger par eux-mêmes, les appréciations du Fonds Monétaire, généralement peu tendre, sur la situation économique  et les réformes du Togo. Cependant, nous sommes conscients que des efforts sont encore nécessaires dans la poursuite des réformes structurelles et dans l’amélioration du climat des affaires, surtout pour concrétiser notre ambition d’une croissance économique d’au moins 7%, considéré comme le plancher pour une lutte efficace contre la pauvreté et la création de la richesse.
C’est pour témoigner de ces avancées que ces professionnels du secteur privé togolais se trouvent ici en Allemagne.
En effet, le large éventail des hommes d’affaires togolais ici présents, exercent dans des secteurs très divers comme ceux des finances, du commerce général, de l’industrie de transformation et de fabrication, de l’agriculture, des transports, des bâtiments et travaux publics, de l’informatique, des télécommunications, de l’hôtellerie et de la restauration etc.
Votre présence, à nos côtés, Mesdames et Messieurs les Chefs d’Entreprises venus de toute l’Allemagne, ce matin est, non seulement, un signe de confiance, mais aussi l’illustration d’une coopération fructueuse entre des secteurs privés dynamiques. C’est vous dire, toute la joie que je ressens à conduire cette délégation et l’espoir que je nourris de voir des partenariats fructueux naitre entre les hommes et les femmes d’affaires du Togo et de l’Allemagne afin de faire de cette journée, un rendez-vous de succès et d’espérance.  C’est pourquoi, je tiens, au nom de la délégation qui m’accompagne, à vous exprimer ma profonde gratitude pour l’amitié que vous nous faites et vous dire combien le Chef de l’Etat, notre Gouvernement et le peuple togolais attendent de son partenaire de toujours, des concours décisifs au développement de l’économie togolaise et à la prospérité de ses habitants et ce, dans un cadre gagnant-gagnant.
Mesdames et Messieurs,
Qu'il me soit permis de dire, une fois encore, notre satisfaction aux organisateurs de cette manifestation qui nous réunit aujourd’hui.  J’invite donc chaleureusement les entreprises allemandes, à saisir les nombreuses opportunités d’affaires que le Togo offre en investissant en toute sécurité et confiance dans notre pays.
Aujourd’hui, le Togo est un pays en chantier. Tout est en construction, en rénovation, en réforme. Le Togo est synonyme, aujourd’hui, de cohésion sociale, de stabilité sociopolitique, de dialogue, d’adhésion aux normes universelles en matière de gouvernance démocratique et économique.
Bref, quoi de mieux pour l’investisseur, surtout l’investisseur misant à la fois sur le court et moyen terme et qui veut d’ores et déjà se positionner ?
Investir au Togo c’est  parier sur un pion gagnant.
Mesdames Messieurs,
En attendant de vous accueillir au Togo, permettez-moi, pour terminer, de paraphraser le célèbre GOETHE et d’affirmer que de l’effervescence de notre rencontre d’aujourd’hui à Munich, seul l’avenir est notre espoir et notre bonheur.
Je souhaite pleins succès à vos rencontres.
Je vous remercie.

Voici l'intervention du président de la Chambre de commerce et d'industrie du Togo, Jonathan Fiawoo

Mesdames et Messieurs,
Il m`est joie de prendre la parole devant cette auguste assemblée, dans l’enceinte de cette prestigieuse Institution qu’est la Chambre de Commerce et d’Industrie de Munich.
Je voudrais de  prime abord, vivement remercier le Directeur et l’équipe de cette dynamique Chambre pour leur implication active, qui a rendu possible  l’organisation et la tenue de l’évènement de ce jour.
Nos remerciements vont également à Monsieur le Premier Secrétaire Chancelier de l’Ambassade d’Allemagne au Togo pour sa précieuse collaboration. 
Excellence Monsieur le Premier Ministre,
En acceptant de conduire, une fois encore, cette forte délégation d’opérateurs économiques togolais ici à Munich, vous démontrez élégamment la volonté de votre Gouvernement, sous la houlette du Chef de l’Etat, d’accompagner réellement le secteur privé dans la consolidation de son rôle de créateur d’emplois, de moteur de croissance et de richesses.
C’est un acte fort apprécié et un signal d’encouragement pour le monde des affaires togolais mais surtout pour l’échantillon qualitatif de dirigeants d’entreprises venus ici, poser les bases d’une relation de partenariat avec leurs collègues allemands connus pour leur pragmatisme. Je voudrais, au nom de tous les opérateurs économiques togolais, remercier nos amis allemands pour leur présence à nos côtés ce matin. Cette forte mobilisation autour du présent événement démontre l'intérêt que les hommes d'affaires des deux horizons accordent à ce moment d'échanges et de contacts pour  élargir et approfondir les relations commerciales au profit de nos  deux pays.
Je voudrais enfin  féliciter et remercier nos compatriotes résidant en Allemagne qui se sont mobilisés et qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour que cette rencontre soit couronnée de succès.
Mesdames et Messieurs,
La Conférence des Partenaires en Développement du Togo, tenue à Bruxelles en septembre 2008, a signé le retour de bonnes relations avec les bailleurs de fonds après plusieurs années de suspension. 
Le secteur privé togolais, se félicitant de cette reprise et de l’atteinte par notre pays du point d’achèvement de l’initiative PPTE, a estimé important et urgent de retourner vers nos partenaires qui, craignant pour leurs investissements, avaient  gardé une attitude méfiante vis-à-vis de la destination Togo pour leur dire, du haut de cette tribune, Togo is back.
Il s’agit donc pour nous, à travers cette journée, de faire découvrir et redécouvrir aux entreprises allemandes, le nouveau Togo en pleine mutation, le nouveau Togo en phase avec les institutions  financières internationales et le nouveau Togo plein de potentialités à explorer.                                               

Jonathan Fiawoo, président de la Chambre de commerce du Togo

D’autres intervenants  le diront mieux que moi : le Togo dispose de beaucoup potentialités dans plusieurs secteurs qui ne demandent qu’à être et exploitées. Néanmoins, permettez-moi, de vous rappeler que le mon pays présente une situation géographique stratégique, dans la mesure où, il peut servir de hub a plusieurs destinations vers les pays de la sous région forte de plus de 72 millions d´âmes  pour l´UEMOA et de plus de 270 millions d´habitants pour la CEDEAO.
L´extension croissante du réseau routier avec les travaux de route inter-état Lomé-Cotonou-Accra et de Lomé-Burkina Faso ajoutée au prochain agrandissement du Port Autonome de Lomé pour la desserte des pays de l´hinterland ainsi que l`existence de liaisons aériennes quotidiennes, sont des atouts non négligeables qui permettent au Togo de s´insérer résolument dans le contexte globalisant des opportunités économiques.
Mesdames et Messieurs,
La baisse tendancielle de l’aide publique au développement restreint la formation de capital fixe, porte préjudice aux infrastructures économiques de base et renchérit les coûts des facteurs de production tels que l’eau, l’électricité, et les télécommunications etc.). Je place donc l’espoir dans la présente journée économique afin qu’elle pose le jalon pour la promotion d’un partenariat public/privé d’investissement pour la réalisation des grands projets de développement du gouvernement et servir également de rampe de lancement des investissements dans tous les secteurs productifs et contribuer  ainsi à la création de richesses notamment par la transformation des matières premières.
Sans céder à la nostalgie, il me parait important de rappeler à nos souvenirs que les bases de l’amitié entre l’Allemagne et le Togo et entre les deux peuples sont posées, il y a plus d’un siècle par un traité historique signé en 1884 au Togo. Depuis lors, les réalisations qui ont ponctué ce partenariat, sont très nombreuses et diversifiées. Malgré la pause constatée dans la relation commerciale entre les deux pays, les vestiges de l’époque allemande sont encore vivaces dans la mémoire des Togolais. Ce n’est donc pas un hasard si la Chambre du Commerce  du Togo a enregistré une participation record d’hommes d’affaires à cette rencontre. Car pour les Togolais, les Allemands incarnent les valeurs du dynamisme, du travail de qualité et de pérennité des résultats ; les entreprises allemandes, l’efficacité. Cette culture, les opérateurs togolais  voudraient bien l’assimiler dans le cadre d’un partage d’expérience et d’un partenariat gagnant-gagnant qui pourrait voir le jour à l’issue de cette journée.
Honorables invités,   
La Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo est prête à jouer son rôle d’avant-gardiste, en accompagnant, comme elle fait depuis toujours,  les opérateurs économiques à travers :
l’information économique,
la formation,
la mise en relation des entreprises togolaises et étrangères,
les formalités de création d’entreprises
La Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo abrite, en effet, le guichet unique de formalités de création d’entreprises grâce auquel une entreprise peut être créée en moins de trois jours.                          
    Plus de 25 000 entreprises sont enregistrées à la Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo (dont environ 90 % de PME/PMI), 75 % dans le Commerce, 7 % dans l’Industrie et 18 % dans les Services.
Mesdames et Messieurs,
Le programme de la  rencontre  qui nous réunit ce jour comporte deux phases :
Une première sera consacrée à la présentation du Togo dans  son contexte politique et économique, à l’environnement des affaires, aux atouts et aux opportunités d’investissements.
La seconde sera celle des rencontres individuelles où vous aurez l’occasion d’échanger entre partenaires.
Chers participants,
L’espoir des opérateurs économiques togolais, en faisant, nombreux, le déplacement de Munich est de nouer des partenariats avec leurs homologues allemands aussi bien dans le domaine technique que financier. Je voudrais pour terminer lancer une chaleureuse invitation à nos collègues Allemands pour visiter le Togo pour  explorer et toucher du doigt les opportunités d`investissement et faire des affaires dans notre pays a l`occasion de la 9è Foire Internationale de Lomé, prévue du 25 novembre au 12 décembre 2011.
Je vous remercie de votre aimable attention et rendez-vous très bientôt au Togo. 

VOIR LE DIAPORAMA

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.