La Poste veut passer au tout solaire

14/04/2010
La Poste veut passer au tout solaire

La Poste du Togo ambitionne de fonctionner au tout solaire. Respect de l’environnement, bien sûr, mais également souci d’économie ont guidé El Hadj Taïrou Bagbiegué, le directeur général de l’entreprise.
Et l’établissement public n’a pas attendu la vague éco-citoyenne pour se lancer dans les énergies de substitution.
Depuis 2003, les bureaux de Guérin Kouka et Elavagnon Est Mono fonctionnent grâce au solaire et ceux de Mandouri et Pagala depuis deux ans.
Face aux délestages récurrents à Sotouboua, des panneaux solaires ont été installés pour améliorer la qualité des connexions avec le centre informatique de Lomé.
Cette politique va se poursuivre grâce à la baisse significative du prix des équipements.
Le recours au solaire permet de palier aux déficiences du réseau d’alimentation classique, mais il est également une opportunité pour amener internet dans les bureaux de poste des villes et villages dépourvus d’électricité, explique El Hadj Taïrou Bagbiegué.
« Bien que le taux de couverture téléphonique au Togo avoisine les 90 % des localités rurales, l'absence de l'électricité est un frein à la vulgarisation de l'internet et donc limite l'offre des services financiers électroniques proposés par la Poste ».
La SPT a en effet tout intérêt à favoriser l’accès à Internet partout au Togo car elle propose à ses clients des services bancaires et de transferts express qui s’effectuent de plus en plus par voie électronique.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Evala : clap de fin

Culture

Les luttes traditionnelles en pas Kabyè sont presque terminées. Faure Gnassingbé a assisté samedi aux ultimes rencontres.

Vous développez un projet structurant ?

Coopération

Des représentants togolais participeront du 17 au 19 septembre à Genève à la 2e conférence internationale des jeunes francophones (CJF).

26 pays représentés au prochain sommet de Lomé

Cédéao

La Cedeao et la Ceeac tiendront sommet le 30 juillet à Lomé pour discuter terrorisme et lutte contre la radicalisation. 

C'est bien, mais peut mieux faire

Uemoa

Les Etats membres de l’UEMOA doivent renforcer leurs capacités de mobilisation des recettes fiscales.