La route de tous les dangers

19/01/2008
La route de tous les dangers

Les chauffeurs routiers du Togo et du Bénin en ont ras le bol ! Eux qui sont habitués à faire la route Lomé-Cotonou ne supportent plus les situations qu'ils doivent endurer sur cet axe quotidiennement. Taxes sauvages, braquages, paiements non justifiés aux postes frontière, opérations zélées de la police, insécurité sur la route ; cette liste n'est pas exhaustive mais en dit long sur le climat qui règne sur ce tronçon international.

C'est pourquoi, les conducteurs routiers du Bénin et du Togo viennent de mettre en place à Lomé une unité d'action au niveau de deux syndicats (USYNCORT pour le Togo et COSYCOTRAB pour le Bénin)Cette unité a des objectifs clairs : démanteler les barrières non tarifaires ; diminuer les contrôles des forces de l'ordre ; rendre fluide, compétitif et efficace le corridor Abidjan – Lagos qui traverse le Togo et le Bénin ; harmoniser aussi les frais de chargements, solliciter l'intervention des syndicats en cas d'accidents, enfin convaincre les pays de la région de diminuer les taxes frontalières.

La route internationale Lomé-Cotonou est stratégique d'un point de vue économique. Elle est aussi utilisée chaque année par des millions de voyageurs pour le déplacement dans la région.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Guinée Bissau : la Cédéao brandit la menace de sanctions

Cédéao

Faute d'avoir respecté ses engagements vis à vis de la Cédéao, la Guinée Bissau pourrait être sanctionnée par l'organisation régionale.

La transformation numérique est lancée

Tech & Web

Depuis jeudi, les étudiants des universités publiques disposent d’une connexion internet Wi Fi haut débit. Accès disponible dans les salles de cours et sur le campus.

Mauvaise chute

Sport

Les Eperviers du Togo chutent lourdement au dernier classement FIFA publié jeudi. Cinq points de moins.

Le pape du riz hybride va accueillir de nouveaux stagiaires

Coopération

L’université agronomique de Changsha (Chine) va proposer un nouveau cycle de formation aux agriculteurs togolais.