Le CNP défend sa cotisation

26/03/2012
Le CNP défend sa cotisation

Le Conseil national du patronat (CNP) doit incarner un secteur privé fort pour soutenir un Etat moderne. C’est dans cet esprit que l’institution a créé une cotisation payable par les entreprises - adhérentes ou non – destinée à garantir les intérêts du privé face à l’Etat. Mais cette décision fait grincer des dents.

Kossivi Naku (photo), le président du CNP, explique que la mission dévolue à l’institution qu’il dirige est de défendre l’ensemble du secteur privé et pas seulement les membres.

Republicoftogo.com : Quel est le montant de la cotisation introduite récemment ?  

Kossivi Naku : Depuis janvier 2012, toutes les entreprises  du secteur privé doivent verser au CNP-TOGO, une cotisation de 0.5 %  rapportée à la masse salariale déclarée à la Caisse Nationale  de Sécurité Sociale (CNSS).

Nous entendons par entreprises privées, toutes les personnes physiques ou morales, employant du personnel salarié et exerçant une activité privée à caractère commercial, industriel, ou de prestation de service.

Republicoftogo.com : Mais le paiement de cette cotisation est contesté par certains dans la mesure ou l’adhésion au CNP procède d’une démarche volontaire

Kossivi Naku : Les actions que le CNP-Togo mène sont profitables à l’ensemble les entreprises du secteur privé.

Lorsque nous négocions la convention collective, que nous faisons du lobbying auprès des autorités pour obtenir une réduction du taux d’imposition, ou que nous apportons notre point de vue sur les programmes de développement, tout cela va dans l’intérêt du secteur privé, sans exception.

Vous conviendrez avec moi que pour garantir et poursuivre ce travail, il faut des moyens.

Aussi est-il légitime que toutes les entreprises du secteur privé contribuent à la pérennisation et à la démultiplication des actions que nous menons.

Il est dans l’intérêt des entreprises et du Togo d’avoir un secteur privé fort.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un nouveau marché pour la ville de Bafilo

Développement

L’Etat va investir 450 millions de Fcfa pour la construction du nouveau marché de Bafilo (Nord du Togo, 26.000 habitants).

La musique pour adoucir les tensions

Culture

Un message d’amour et d’espoir en ces temps troublés. Telle est l’ambition de Valentine Alvares à travers son nouveau single sorti jeudi.

Villes de demain

Développement

Les pouvoirs publics ont signé un mémorandum d'entente avec ONU-Habitat pour mieux gérer l'urbanisation galopante.

Faux médicaments : la gendarmerie met la pression sur les trafiquants

Santé

La gendarmerie a saisi récemment un important lot de médicaments contrefaits. Les trafiquants sont de mieux en mieux organisés.