Le Togo a sa place sur le marché des énergies renouvelables

10/10/2011
Le Togo a sa place sur le marché des énergies renouvelables

Verra-t-on bientôt des parcs d’éoliennes le long des côtes ou en mer; les bâtiments de Lomé seront-ils prochainement recouverts de panneaux voltaïques ? Pas impossible si l’on suit l’analyse de Lamine Diop, un expert de l’Organisation Islamique pour l’Education, la Science et la Culture (ISECO) qui vient d’effectuer une mission d’une semaine au Togo. Objectif : offrir aux investisseurs privés un cadre attrayant en matière n’énergies renouvelables.

Il a eu une série d’entretiens avec les responsables de la CEB (Communauté électrique du Bénin) et de la CEET (compagnie d’électricité du Togo.

Republicoftogo.com : Existe-il un marché des énergies renouvelables au Togo ?

Lamine Diop : La réponse est oui. Le Togo a une façade côtière venteuse, c’est un atout pour les éoliennes. La bio-masse, le solaire et l’éolienne sont sont autant de secteurs à développer. 

Le Togo devrait avoir la possibilité se lancer dans la promotion des énergies renouvelable pour venir appuyer les besoins en énergie de clients, particuliers et industries.

Le Togo s’est contenté jusqu’à présent de donner la priorité à la production d’électricité classique, ce qui est assez logique et on retrouve d’ailleurs la même situation dans la plupart des pays d’Afrique. Il faut maintenant que les autorités définissent une politique énergétique qui prend en compte l’ensemble de la filière. 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Evala : clap de fin

Culture

Les luttes traditionnelles en pas Kabyè sont presque terminées. Faure Gnassingbé a assisté samedi aux ultimes rencontres.

Vous développez un projet structurant ?

Coopération

Des représentants togolais participeront du 17 au 19 septembre à Genève à la 2e conférence internationale des jeunes francophones (CJF).

26 pays représentés au prochain sommet de Lomé

Cédéao

La Cedeao et la Ceeac tiendront sommet le 30 juillet à Lomé pour discuter terrorisme et lutte contre la radicalisation. 

C'est bien, mais peut mieux faire

Uemoa

Les Etats membres de l’UEMOA doivent renforcer leurs capacités de mobilisation des recettes fiscales.