Le Togo n'est pas un Etat providence

03/05/2007
Le Togo n'est pas un Etat providence

Les syndicats regroupés au sein de l'Intersyndicale des travailleurs du Togo (ISTT) ont donné un ultimatum d'un mois au gouvernement pour satisfaire leurs revendications contenues dans un cahier de doléances lors de la célébration du 1er mai.

Ce cahier de doléances, qui comporte 10 points, demande entre autres à l'Etat, de procéder au paiement des allocations familiales des agents permanents, des salaires et pensions de retraite à terme échu, conformément aux dispositions du nouveau code du Travail.L'ISTT demande en outre à l'Etat, d'Œuvrer à la "baisse sensible" des produits pétroliers, de l'eau, de l'électricité, des communications téléphoniques, des produits pharmaceutiques et des matériaux de construction.

Ils réclament avec véhémence, la révision des factures d'électricité qui augmentent alors que le pays traverse un délestage d'électricité sans précédent.

Les syndicats, qui font de ces doléances un ultimatum, menacent de "faire bouger" le gouvernement, si d'ici le 1er juin prochain, leurs revendications ne sont pas satisfaites.

Ils fustigent l'attitude du pouvoir en place, qui, au sortir du dialogue social l'année dernière, a promis de satisfaire les travailleurs, en fixant même un chronogramme d'exécution, mais depuis, rien.

Il y a quelques mois, les syndicats togolais ont décidé de surseoir à une grève, suite à l'intervention du président de la République, promettant de tout mettre en Œuvre pour l'application des accords du dialogue social.

Cette fois-ci, indiquent les syndicats, "il faut des actes et non plus de paroles".

Il est normal que les syndicats protestent et défendent les salariés. Mais il faut aussi savoir ne pas aller trop loin et adapter les demandes aux réalités économiques du Togo.

Le pays aimerait satisfaire le plus grand nombre. Problème, il n'en a pas les moyens actuellement.

Après une longue période de crise, la convalescence a juste débuté et les exigences des l'ISTT risque de provoquer une rechute.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un nouveau marché pour la ville de Bafilo

Développement

L’Etat va investir 450 millions de Fcfa pour la construction du nouveau marché de Bafilo (Nord du Togo, 26.000 habitants).

Le 2 février met les petits plats dans les grands

Tourisme

L’hôtel du 2 février (ex-Radisson Blu) organise à partir de ce samedi une semaine gastronomique pour découvrir les saveurs du Togo et du monde entier.

La musique pour adoucir les tensions

Culture

Un message d’amour et d’espoir en ces temps troublés. Telle est l’ambition de Valentine Alvares à travers son nouveau single sorti jeudi.

Villes de demain

Développement

Les pouvoirs publics ont signé un mémorandum d'entente avec ONU-Habitat pour mieux gérer l'urbanisation galopante.