Le Togo récupère de l’espace

26/06/2015
Le Togo récupère de l’espace

Des revenus générés par les deux pays

Les espaces aériens du Togo et du Bénin sont désormais pris en charge par l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA) et non plus par le l’Autorité de l’aviation civile ghanéenne (GCAA) qui empochait chaque année plusieurs millions de dollars.

Chaque avion qui empruntait l’espace aérien contrôlé par le FIR (Accra Flight Information Region), c’est à dire une large zone de l’océan atlantique qui borde le Ghana, le Togo et le Bénin, devait s’acquitter d’un droit de survol allant de de 200 à 600 dollars en fonction de la taille de l’appareil.

Le basculement s’est effectué jeudi à l’aéroport international Gnassingbé Eyadema de Lomé en présence du ministre des Transports, Ninsao Gnofam et du directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC), Dokissime Gnama Latta.  

‘Il fallait qu’on en arrive là un jour. Avec beaucoup de patience, de ténacité et de courage, nous y sommes parvenus’, s’est félicité le ministre.

Quatre radars ont été installés à Niamey (Niger), Ouagadougou (Burkina Faso), Cotonou (Bénin) et Niamtougou (Togo) en plus de celui qui existe à Lomé.

Sur le plan opérationnel, le Bénin contrôlera entre 0 et 8° d’altitude et le Togo s’occupera de la partie supérieure.  

Premier à survoler l’espace commun, un appareil de la RAM (Royal Air Maroc).

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Voir plus loin

Santé

Le service d’ophtalmologie du CHU Sylvanus Olympio de Lomé a reçu vendredi de nouveaux équipements.

L'art descend dans la rue

Culture

Les commémorations du 57e anniversaire de l’indépendance ont pris fin vendredi avec l’inauguration d’une gigantesque fresque.

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.