Le chômage n’est pas une fatalité

25/01/2010
Le chômage n’est pas une fatalité

La situation de l’emploi au Togo reste préoccupante. Selon Déo Laïson (photo), consultant sur les questions d’emploi et directeur général de l’Agence nationale pour la promotion de la politique de l’emploi, près de 34% des jeunes sont au chômage.
Face à pareil constat, le président Faure Gnassingbé a impulsé une nouvelle dynamique qui consiste à sensibiliser et à former les jeunes aux techniques de l’auto emploi.
Depuis une dizaine de jours, des formateurs envoyés par les services de la Présidence sillonnent le Togo pour aider les jeunes à monter des projets qui tiennent la route et qui pourront bénéficier de financements des bailleurs.
L’équipe d’experts était lundi à Lomé où une centaine de jeunes de la région Maritime bénéficient de cette formation.
Déo Laïson assure qu’une centaine de projets montés par ces jeunes sera directement financée par le chef de l’Etat.

Republicoftogo.com : L’auto-emploi est-il un remède au chômage des jeunes ?
Déo Laïson : Il s’agit d’une initiative personnelle du chef de l’Etat qui souhaite trouver des solutions au problème du chômage des jeunes. Il est bien conscient que, malgré tous les efforts déployés depuis 2005 avec les résultats tangibles que l’on connaît, le chômage se maintient toujours à des niveaux élevés.
Trouvons donc des solutions innovantes.
90% des jeunes envisagent l’emploi uniquement sous l’angle fonction publique. Ils attendent d’être recrutés lors d’un concours organisé par l’Etat, mais justement, l’Etat ne peut pas tout faire.
Il faut donc amener la jeunesse à envisager l’avenir sous l’angle de l’auto-emploi. C’est se lancer dans un petit job ou monter une société ou une activité dans le secteur informel.
La mission des formateurs et de les y aider en leur expliquant les démarches à suivre, les erreurs à ne pas commettre et en mettant en relief les activités porteuses.
Un projet solide trouvera plus facilement un financement, même modeste.
Republicoftogo.com : Reste que le plus difficile pour ces jeunes est justement de trouver un financement
Déo Laïson : En principe, après la formation et la rédaction des projets d’entreprise, un jury va examiner ces dossiers et ceux qui répondent aux critères internationalement admis seront retenus et financés directement par le chef de l’Etat.
Le président a pris soin de mettre en place un mécanisme de suivi et d’évaluation.
Tous ceux qui auront participé à ces formations et obtenu un financement seront suivis et encadrés par des spécialistes pour transformer une bonne idée en entreprise profitable.
Le Togo doit absolument se doter d’une nouvelle classe d’entrepreneurs, créateurs d’emplois et drainant la croissance.
Republicoftogo.com : Combien de jeunes sont concernés par cette initiative ?
Déo Laïson : Près de 500 personnes, dont une centaine bénéficieront d’un financement par le chef de l’Etat.
Certes, ce n’est pas n’est pas beaucoup avec un taux de chômage important. Aussi, notre ambition est de développer le projet aussi vite que possible en fonction, bien sûr, de nos moyens qui ne sont pas illimités.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'engagement des Togolais de l'extérieur

Diaspora

Un membre de la Diaspora a annoncé son intention de créer une institution de micro finance pour venir en aide aux plus démunis.

Promotion de la culture Tem

Culture

Le festival international des musiques et danses traditionnelles TEM Festekpe aura lieu 9 au 11 décembre  à Sokodé.

UEMOA : le Sénégal remporte la coupe

Sport

Les Lions du Sénégal ont battu samedi par 1-0 les Aigles du Mali en finale de la 7e édition du tournoi de l'intégration de l'UEMOA.

Infrastructures de base : nouvel engagement de l’UE

Coopération

Améliorer l’accès à l’eau potable et proposer de meilleures conditions sanitaires aux habitants de Notsé. C'est l'objectif d'un programme financé par l'UE.