Le commerce comme levier de développement

06/06/2013
Le commerce comme levier de développement

Commerce équitable, échanges solidaires, une tendance branchée dans les pays développés. La chaîne américaine de café Starbuck achète directement aux producteurs kenyans. Les magasins Banana Republic s’approvisionne en coton africain en évitant la chaîne classique des intermédiaires. Au Togo, des initiatives sont lancées afin de promouvoir des projets socio-économiques solidaires. C’est le cas de ‘L’Atelier des rues » qui récupère et recycle pour fabriquer des objets de décoration et de mode qui seront sensuite vendus en Afrique, en Europe et en Amérique du Nord.

Depuis 2 ans, Emilie Boisgarnier (photo) dirige depuis ses locaux de Kodjoviacope à Lomé cet atelier original. Elle a ouvert une boutique sur le Boulevard circulaire et les produits présentés ont séduit certaines chaînes internationales comme le Français « Nature et Découverte ».

 Republicoftogo.com : Vous ambitionnez de promouvoir le commerce équitable au Togo. Comment comptez-vous vous y prendre ?

Emilie Boisgarnier : Le commerce équitable en est encore à ses balbutiements au Togo, c’est inédit. Nous proposons des produits issus du recyclage de déchets plastiques, tissus et métal en faisant travailler des personnes isolées, handicapées, ou au chômage.

Nous veillons à la juste rétribution des artisans, nous leur apprenons un métier, nous les accompagnons auprès des organismes de crédit pour le financement de leurs ateliers. Nous créons, produisons et vendons avec des préoccupations éthiques, sociales et environnementales.

Republicoftogo.com : Le marché local est étroit. Envisagez-vous de commercialiser votre production en Europe et en Amérique du Nord où les populations sont de plus en plus sensibles au commerce équitable ?

Emilie Boisgarnier : L'étroitesse du marché Togolais n'est pas un obstacle car notre stratégie de développement est d’bord sous régionale. Nous avons commencé à établir des contacts en Europe en participant à des foires et des expositions.

Republicoftogo.com : Quels types de produits commercialisez-vous ?

Emilie Boisgarnier : Des objets de décoration et de mode, mobilier, tapis, paniers, luminaires, sacs à main, bijoux, etc…, mais aussi des produits pour l’alimentation comme des épices, des huiles rares, des infusions.

Republicoftogo.com : Bénéficiez-vous d’un appui local ?

Emilie Boisgarnier : Il existe un partenariat avec l'ANPGF (Agence nationale de promotion et de garantie de financement des PME/PMI), pour la formation de nos artisans, et de nos cadres, l'USAID nous invite régulièrement à participer à des expositions mais ce n'est pas suffisant pour atteindre le niveau de rentabilité souhaité.

Republicoftogo.com : Vous revendiquez le Made in Togo. Cela suffit-il pour vendre dans le pays ou à l’étranger ?

Emilie Boisgarnier : Le Made in Togo, est un savoir faire. Les artisans togolais sont vraiment réputés pour leur expertise en couture, tapisserie, menuiserie, ferronnerie. En valorisant leur travail, nous leur offrons la possibilité de vivre de leur métier ;  nous créons le désir de se surpasser, d'être admirés, reconnus, nous les professionnalisons avec pour objectif d'être compétitifs sur les marchés internationaux. Oui, le Made in Togo a un bel avenir.

CONTACTER L'ATELIER DES RUES

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.

Une politique qui coule de source

Développement

Une eau de bonne qualité est essentielle au développement économique et humain. Les autorités s'emploient à la fournir. Le taux de couverture est en hausse.

La Banque mondiale met le paquet

Développement

La Banque Mondiale (BM) vient d’approuver de nouveaux financements en faveur du Togo. Et pas des moindres puisqu’il s’agit de 44 millions de dollars.

Montée en gamme de la médecine togolaise

Santé

L’un des critères retenu par les investisseurs étrangers pour s’implanter au Togo, c'est la qualité des soins.