Le gouvernement vise une croissance agricole de 6% par an

09/02/2012
Le gouvernement vise une croissance agricole de 6% par an

Si tout fonctionne comme prévu, le Programme d'investissement et de sécurité alimentaire (PNIASA), lancé officiellement jeudi à Notsé, doit apporter plus de rendements, davantage revenus et une meilleure qualité de vie à plus d’un million d’agriculteurs togolais. Initié par le président Faure Gnassingbé, le projet a été porté à bout de bras pendant deux ans par Mensan Kossi Ewovor (photo), le ministre de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche.

Republicoftogo.com : Comment est née l’idée de ce PNIASA ?

Kossi Mensan Ewovor : En 2003, les Chefs d’Etat africains, réunis à Maputo, ont décidé de faire de l’agriculture le fer de lance de la croissance. Ils ont, pour cela, adopté un certain nombre de dispositions dont la plus importante consiste à allouer 10% de leur budget national à l’agriculture. Malgré les efforts engagés, peu nombreux sont les pays qui ont pu tenir cet engagement en raison de ressources limitées.

Au Togo, depuis quelques années déjà, nous appliquons cette règle.

Sous l’impulsion du Président de la République, le gouvernement togolais n’a pas attendu le PNIASA pour s’engager dans de fortes actions de développement en faveur de l’agriculture. 

Depuis 2005 et surtout depuis 2008, des projets de développement rural intégré et d'aménagement hydro-agricoles ont été élaborés et mis en œuvre, avec l'appui de certains PTF. C’est dans ce registre que le Projet de développement rural intégré de la plaine de Mô a été engagé en début d’année par le Chef de l’Etat et celui de la Kara le sera bientôt.  

Il faut aussi mentionner la Stratégie de relance de la production agricole (SRPA) lancé depuis 2008 et dont les résultats très satisfaisants nous confortent et nous obligent à aller plus loin.

Republicoftogo.com : Toutes ces initiatives ont fini par porter puisque depuis trois ans, le Togo a renoué avec les excédents céréaliers, Avec le PNIASA, ce sera donc la fin des temps de soudure pour les populations ?

Kossi Mensan Ewovor : Les excédents céréaliers successifs des quatre dernières campagnes agricoles, tout en préservant  le Togo d’une  crise alimentaire, renforcent notre conviction qu’avec une bonne mobilisation autour du PNIASA, la perspective d’une agriculture durable et porteuse de richesse est possible. 

Le PNIASA comporte 5 sous-programmes qui visent à générer une croissance agricole d’au moins 6% par an. 

Désormais seul cadre d'intervention dans le secteur agricole, le PNIASA prendra progressivement en compte tous les projets pour leur apporter une valeur ajoutée grâce au cadre institutionnel cohérent qu'il offre et aux financements novateurs qui sont prévus.

Republicoftogo.com : Le concours des partenaires extérieurs a été précieux 

Kossi Mensan Ewovor : Absolument ! Et je voudrais saisir cette occasion pour remercier toutes les organisations régionales et continentales, les institutions financières, les banques, les pays donateurs pour tous les moyens techniques et financiers accordés.

Cependant, pour tenir le cap et atteindre les objectifs visés, il faut davantage de financements. 

Moins de 15% du budget total est disponible pour le moment, mais le Togo et les PTF ont préféré d’ores et déjà engagé l’action. 

Le Gouvernement assure à partir de ce budget 2012 sa contrepartie. 

Je saisis donc cette occasion pour lancer à toute la communauté des partenaires au développement un appel renouvelé pour qu’ils renforcent leurs apports financiers en faveur du monde agricole.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Echange de bons procédés

Union Africaine

Les grandes manœuvres ont débuté pour l’obtention des postes de prestige à l’Union africaine.

Les inégalités entre les genres coûtent une fortune à l'Afrique

Développement

L’édition 2016 du rapport sur le développement humain en Afrique, réalisé par le PNUD, a été présentée lundi à Lomé.

L'engagement des Togolais de l'extérieur

Diaspora

Un membre de la Diaspora a annoncé son intention de créer une institution de micro finance pour venir en aide aux plus démunis.

Promotion de la culture Tem

Culture

Le festival international des musiques et danses traditionnelles TEM Festekpe aura lieu 9 au 11 décembre  à Sokodé.