Le levain pour une croissante forte

27/03/2012
Le levain pour une croissante forte

Le Premier ministre, Gilbert Houngbo (photo), a donné mardi le coup d’envoi du premier Forum national économique du Togo.

"C’est une occasion de larges consultations des acteurs de l'économie en vue de bâtir un consensus autour des orientations futures de la politique économique du gouvernement qui pourront servir de levain à une croissance forte, durable et inclusive", a déclaré le ministre de l'économie et des finances Adji Otèth Ayassor lors de l’ouverture des travaux qui vont durer trois jours. 

Gilbert Houngbo a souligné que le contexte était désormais favorable pour envisager une croissance à deux chiffres et faire ainsi du Togo un pays émergent dans les 20 vingt ans à venir. Il a également mentionné que le pays avait désormais une bonne capacité d’endettement grâce à l’annulation de bonne partie de sa dette extérieure.

Voici le discours prononcé par le Premier ministre

Chers invités,

Je voudrais de prime abord vous souhaiter la cordiale bienvenue et vous dire combien le gouvernement apprécie votre présence à ce forum économique national. C’est en effet un important rendez-vous d’échanges que nous voulons plus inclusif pour nous permettre de prendre en compte les opinions de toutes les catégories d’acteurs au moment où le Gouvernement s’apprête à faire des choix de politique économique en vue de mieux exploiter les opportunités qui s’offrent au Togo aujourd’hui pour impulser une croissance économique forte et durable.

Je voudrais saluer l’engagement de nos partenaires techniques et financiers à nos côtés dans cet exercice dont l’un des objectifs primordiaux est de cerner les principaux facteurs de succès des programmes futurs que le Gouvernement mettra en œuvre en appui aux réformes macroéconomiques et structurelles.

Mesdames et Messieurs,

Nous avons déjà, faut-il le rappeler, organisé un forum similaire, en décembre 2005,  pour plancher sur les bases objectives de la relance économique de notre pays, après plus de quinze années de crise  sociopolitique. A l’époque, le rythme de croissance ne dépassait guère 1% et le pays n’arrivait pas à honorer une bonne partie de ses engagements aussi bien intérieurs et qu’extérieurs.

Aujourd’hui, grâce aux sacrifices consentis par tous, nous avons enregistrés des progrès encourageants sur le chemin du redressement économique. En effet, le Gouvernement a entrepris de vastes chantiers de réformes politiques, sociales et économiques marqués notamment par l’Accord Politique Global qui a détendu l’atmosphère politique, le dialogue social, l’élaboration d’une stratégie décennale pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement, du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté et de celui de la stratégie des réformes.

Les différents instruments de planification et de programmation élaborés avec la participation de tous les acteurs ont tracé le cadre pour la négociation de programmes économiques et financiers avec les partenaires techniques et financiers, notamment le Fonds Monétaire International (FMI), la Banque Mondiale et la Banque Africaine de Développement.

La mise en œuvre de ces programmes nous a permis, entre autres, d’atteindre le point d’achèvement de l’initiative en faveur des pays pauvres très endettés et de bénéficier ainsi d’une réduction substantielle de l’encours de la dette extérieure.

L’économie renait depuis 2008 et, malgré le contexte économique international défavorable, le taux de croissance économique s’améliore d’année en année, même s’il reste encore insuffisant pour améliorer notablement les conditions de vie des populations. C’est pourquoi il est impératif de poursuivre et renforcer les réformes de sorte à créer plus de richesses susceptibles d’être partagées par le plus grand nombre de nos concitoyens.

Mesdames et messieurs,

Notre ambition est de faire du Togo, un pays émergent dans les 20 prochaines années, ce qui nous oblige à envisager à moyen terme des taux de croissance ambitieux à deux chiffres. Nous avons aujourd’hui des atouts indéniables, y compris une capacité d’endettement pour le moins intéressant. Il vous appartient donc de nous proposer, à l’issue des présentes assises, le meilleur agencement des politiques macroéconomiques, structurelles et sectorielles qui nous permettraient d’aller le plus rapidement vers cet objectif d’apporter plus d’épanouissement à toutes nos populations.

Par ailleurs, à la fin du programme triennal au titre de la Facilité Elargie de Crédit que nous avons mis en œuvre avec l’appui du FMI, et compte tenu des faiblesses structurelles qui persistent au sein de l’économie, nous avons estimé que le Togo aura toujours besoin des institutions de Bretton Woods et plus généralement de l’appui renforcé des partenaires techniques et financiers. Toutefois, il est nécessaire que tous les acteurs de la vie nationale s’approprient les programmes que nous mettrons en œuvre et contribuent à en donner les principales orientations, en sorte que les sacrifices nécessaires à consentir pour leur exécution ainsi que les bénéficies à en tirer soient mieux partagés. Ce sont là, les principales missions qui vous sont assignées et je vous invite à les assumer à travers des discussions ouvertes et constructives.

Mesdames et Messieurs,

Nous sommes convaincus que les six thématiques sur lesquelles porteront les exposés et les discussions constituent un cadre approprié pour nourrir les réflexions et permettre notamment de :

-         tirer les leçons de l’évolution économique nationale sur les vingt dernières années afin d’identifier et de préciser les goulots d’étranglement qui freinent la croissance économique ainsi que les atouts et opportunités pour une croissance soutenue et durable ;

-         analyser les forces et les faiblesses qui caractérisent les principaux secteurs porteurs de croissance et explorer les pistes conduisant à la levée des contraintes en vue de mieux tirer profit des opportunités ;

-         élaborer une approche d’investissement dans le capital humain en vue de booster et soutenir le niveau de croissance ;

-         analyser les secteurs d’appui, notamment le secteur financier et les facteurs de compétitivité de l’économie afin de trouver les approches de solution pour l’optimisation de leur rôle dans la croissance ;

-         élaborer une stratégie pour améliorer le climat des affaires en vue de l’expansion du secteur privé ;

-          définir des réformes structurelles visant à renforcer la gestion des finances publiques en vue d’améliorer la qualité et l’efficacité des dépenses publiques d’investissement et à caractère social ;

-         proposer les principales orientations des futurs programmes appuyés par les institutions de Bretton Woods, notamment le FMI ;

Mesdames et messieurs,

Chers invités,

Je voudrais pour finir renouveler les sincères remerciements du Gouvernement à nos partenaires techniques et financiers pour leurs soutiens multiformes. Je reste convaincu qu’ils ne ménageront aucun effort pour poursuivre leur soutien au Togo.

Je voudrais tout particulièrement dire merci au Fonds Monétaire International qui a bien voulu mettre son expérience à notre service pour la réussite de cet évènement décisif pour notre pays.

Tout en souhaitant plein succès à ces travaux, je déclare ouvert le forum économique national.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Echange de bons procédés

Union Africaine

Les grandes manœuvres ont débuté pour l’obtention des postes de prestige à l’Union africaine.

Les inégalités entre les genres coûtent une fortune à l'Afrique

Développement

L’édition 2016 du rapport sur le développement humain en Afrique, réalisé par le PNUD, a été présentée lundi à Lomé.

L'engagement des Togolais de l'extérieur

Diaspora

Un membre de la Diaspora a annoncé son intention de créer une institution de micro finance pour venir en aide aux plus démunis.

Promotion de la culture Tem

Culture

Le festival international des musiques et danses traditionnelles TEM Festekpe aura lieu 9 au 11 décembre  à Sokodé.