Le pari de la croissance

11/01/2013
Le pari de la croissance

Le comité de pilotage des politiques de développement s’est réuni vendredi à Lomé pour examiner les principaux axes de la Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi (SCAPE).

La SCAPE offre un cadre de développement à moyen terme pour réaliser la Déclaration de Politique Générale (DPG) du gouvernement, les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et la vision des autorités pour faire du Togo un pays émergent d’ici 15 à 20 ans, respectueux des droits de l’Homme et assurant la promotion l’Etat de droit.

Ces objectifs pourront être tenus à condition que le Togo dispose de solides atouts en matière de renforcement de la démocratie, de paix et de réconciliation nationale, de stabilité du cadre macroéconomique, de développement du capital humain, de gestion de l’environnement et du développement durable.

Prenant la parole lors des travaux, le Premier ministre, Arthème Ahoomey-Zunu, a rappelé l’engagement de son pays pour la mise en œuvre du programme. Et de donner des exemples concrets comme la création de l’Office togolais des Recettes (OTR), qui va regrouper dans une structure commune la douane et les impôts, avec l’ambition de générer davantage de recettes.

Concrètement,  l’objectif de la SCAPE est de permettre d’augmenter le revenu moyen des togolais de 3 à 4 % par an au cours des cinq prochaines, de créer de nouveaux emplois et de lutter contre la pauvreté. Mais pour y parvenir, le Togo devra atteindre un taux de croissance moyen annuel de 7%.

La SCAPE couvre la période 2013-2017.

Voici l’intervention du Premier ministre 

Mesdames et Messieurs,

Je voudrais, au nom de mon gouvernement, m’acquitter d’un agréable devoir, celui de vous transmettre, les cordiales salutations de Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République.

C’est aussi pour moi l’occasion de vous renouveler ma sincère gratitude pour votre engagement et votre active participation tout au long du processus  d’élaboration de notre nouvelle Stratégie de développement.

Mesdames et Messieurs les Membres du Conseil,

Lors du Forum national d’orientation du DSRP II, tenu le 12 décembre 2011, le Gouvernement togolais avait déjà indiqué sa volonté de mettre en place un nouveau cadre de référence à moyen terme pour conduire le processus de développement du Togo. A cet effet, les dispositions idoines ont été prises pour doter notre pays d’une nouvelle Stratégie à même de répondre aux aspirations profondes des Togolais.

Dans ma Déclaration de Politique générale devant l’Assemblée Nationale, le 2 août 2012, j’ai réaffirmé l’intérêt que revêt la Stratégie de Croissance Accélérée et de Promotion de l’Emploi (SCAPE) pour mon Gouvernement, qui a poursuivi le processus de finalisation de cette stratégie en vue de sa mise en œuvre effective.

Aujourd’hui, je me réjouis des déclarations enthousiastes et déterminées que vous avez faites. Elles témoignent de votre engagement à participer pleinement à la mise en œuvre et, surtout, au suivi-évaluation de la SCAPE pour les cinq années à venir.

Cela démontre, si besoin en était, que votre disponibilité et votre sens du devoir se sont renforcés au fil du processus d’élaboration de notre nouvelle Stratégie de développement.

Dans chacune de vos déclarations, j’ai pu noter que vous vous êtes reconnus dans les cinq axes stratégiques qui constituent les lignes directrices de la SCAPE. J’ai également la pleine conviction qu’au-delà des axes, chaque acteur, dans son domaine, œuvrera avec détermination, afin que les objectifs des politiques sectorielles soient réalisés.

Distingués invités,

Mesdames et Messieurs,

Le Togo regorge de ressources inexploitées. Notre ambition est d’améliorer significativement la productivité globale des facteurs, afin que notre pays puisse valoriser tout le potentiel dont il dispose, mais également aller à la conquête du marché régional et international. Pour ce faire :

Premièrement, nous devons nous engager à mettre un accent particulier sur le développement des secteurs porteurs de croissance, avec bien entendu l’implication des acteurs intervenant dans le domaine de l’agriculture, de l’industrie, du commerce et des services.

Pour les cinq années à venir, il nous faut veiller au renforcement des infrastructures de soutien à la croissance, faire du Togo un corridor de développement dans la sous-région et favoriser l’émergence de pôles régionaux de développement, par l’amélioration du climat des affaires à travers la libre circulation des personnes et des biens.

Deuxièmement, il est essentiel, pour toute Nation qui veut s’épanouir, de développer et de valoriser son capital humain. Cet impératif est conforme aux objectifs de la SCAPE. Nous nous engageons donc à  promouvoir l’accès à l’éducation et à la formation, à la santé,  à l’eau et à l’assainissement, à la protection et la couverture sociale des personnes vulnérables, et à l’emploi. Ceci constituera, pour mon Gouvernement, une priorité.

Dans ce sens, nous restons particulièrement sensibles aux préoccupations relatives à l’emploi des jeunes. Nous nous engageons ce jour à tout mettre en œuvre afin de créer les conditions favorables pour générer  des emplois tant dans le secteur public que privé et surtout promouvoir l’entrepreneuriat des jeunes. Ainsi, nous renforcerons les structures, les initiatives et mécanismes existantes qui contribuent à résorber le chômage et le sous- emploi. Ceci permettra, nous en sommes convaincus,  d’offrir  des emplois décents aux Togolais sans discrimination aucune.

Mesdames et Messieurs,

Nous devons également travailler activement à la réduction des déséquilibres économiques et sociaux qui perdurent entre nos régions, en faisant de nos populations locales, les actrices de leur propre épanouissement économique et social.

La protection de nos ressources environnementales et  la recherche d’alternatives de développement durable constituent également un des objectifs prioritaires contenu dans la SCAPE.

Comme vous l’identifiez si bien, les défis qui nous attendent sont immenses au regard des attentes de nos populations. Les chantiers sont nombreux, mais tout à fait réalisables, au regard de la volonté et de la détermination de tous les acteurs ici représentés.

Je puis vous assurer que le Gouvernement, pour sa part, sous l’impulsion du Chef de l’Etat, est déjà engagé dans la mise en œuvre de la SCAPE. Je citerais, en exemple, la création de l’Office Togolais des Recettes (OTR) pour accroître significativement le niveau des ressources intérieures, et la Société Holding d’Etat pour concrétiser son ambitieux projet de corridor de développement.

Afin que l’efficacité du développement devienne une réalité dans le cadre de la mise en œuvre de la SCAPE, le Gouvernement entend assurer le leadership national de ce processus et compte sur les donateurs pour aligner leurs appuis sur les systèmes nationaux, conformément à l’Accord de Partenariat de Busan. 

Chers invités,

Mesdames et Messieurs,

Tout en nous enracinant fortement dans nos valeurs ancestrales qui nous unissent et nous renforcent, ensemble et déterminés, il est possible de redonner au  Togo son image de « la Suisse de l’Afrique », un Etat de droit et de bonne gouvernance, une démocratie forte et solidaire. Ceci pour m’inscrire dans la pensée du héros sud-africain Nelson Mandela qui disait : « aucun de nous, en agissant seul, ne peut atteindre le succès ».

La SCAPE nous donne le cap pour les cinq prochaines années. Le succès de sa mise en œuvre va déterminer l'avenir de notre pays pour de longues années, de très longues années.

Ensemble, bâtissons le Togo

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

72 milliards pour un Togo plus moderne

Développement

L’Union européenne a consacré 72 milliards de Fcfa depuis 7 ans pour la modernisation des infrastructures.

Faire de l’UEMOA un modèle d’intégration

Coopération

Le président Faure Gnassingbé et ses homologues d’Afrique de l’Ouest assistent lundi à Ouagadougou (Burkina Faso) au XXe anniversaire de la création de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

Stanlux épouse une carrière d'ambassadeur

Culture

Les Kora Awards, qui récompensent chaque année les meilleurs artistes africains, n’auront pas lieu en 2014. 

La France rénove sa culture

Culture

L’Institut Français (ex-centre culturel français) rouvrira ses portes dans de nouveaux locaux à la fin de ce mois.