Le patronat veut promouvoir le secteur industriel

12/11/2012
Le patronat veut promouvoir le secteur industriel

Le patronat togolais a lancé ce week-end le groupement des Industriels du Togo (GITO) dont l’objectif est d’assurer un appui à ce secteur vital de l’économie.

« Un pays sans industries, est un pays mort », a souligné Jean-Daniel Séto, le vice-président du Conseil national du patronat du Togo (CNP).

Le GITO entend assister, notamment, les petites et moyennes et industries, développer la collaboration inter-entreprises et actualiser le cadre juridique. Une création qui répond aux recommandations de la Cédéao.

Dans la foulée, le ministre de l’Industrie a saisi l’occasion pour annoncer la tenue des Journées portes ouvertes des industries du Togo les 13, 14 et 15 décembre prochains.

La mise en place du GITO répond à l’une des recommandations de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest(CEDEAO), recommandation selon laquelle tous les pays doivent disposer d’une association de défense des droits des industriels.

En photo : (au centre) François Galley et les dirigeants du CNP

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

D1 : AS Togo Port prend la tête

Sport

Lors de la 14e journée de D1, disputée dimanche, Anges et Sémassi ont fait match nul (0-0).

Travail remarquable

Coopération

Implantée dans une cinquantaine de pays, dont le Togo, PLAN est une organisation non gouvernementale de solidarité internationale qui agit pour donner aux enfants et aux jeunes les plus marginalisés les moyens de construire leur avenir.

SCAPE : lever certains obstacles

Développement

La SCAPE, Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi, est la feuille de route que s’est donné le gouvernement pour assurer le développement économique du pays. Elle nécessite d’importants moyens et le concours actif des donateurs.

Chaude ambiance à la FTF

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) est secouée par une énième crise. L’ancien président de la Fédé, Tata Avlessi, s’oppose à son successeur, Gabriel Améyi,