Le patronat veut promouvoir le secteur industriel

12/11/2012
Le patronat veut promouvoir le secteur industriel

Le patronat togolais a lancé ce week-end le groupement des Industriels du Togo (GITO) dont l’objectif est d’assurer un appui à ce secteur vital de l’économie.

« Un pays sans industries, est un pays mort », a souligné Jean-Daniel Séto, le vice-président du Conseil national du patronat du Togo (CNP).

Le GITO entend assister, notamment, les petites et moyennes et industries, développer la collaboration inter-entreprises et actualiser le cadre juridique. Une création qui répond aux recommandations de la Cédéao.

Dans la foulée, le ministre de l’Industrie a saisi l’occasion pour annoncer la tenue des Journées portes ouvertes des industries du Togo les 13, 14 et 15 décembre prochains.

La mise en place du GITO répond à l’une des recommandations de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest(CEDEAO), recommandation selon laquelle tous les pays doivent disposer d’une association de défense des droits des industriels.

En photo : (au centre) François Galley et les dirigeants du CNP

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La police traque les criminels

Faits divers

La police vient de mettre la main sur un violeur en série. Dambé Darkoi, un Togolais de 30 ans, a été présenté mercredi à la presse. Ce conducteur de taxi-moto est accusé de plusieurs viols d’après les plaintes déposées par les victimes. 

Finance inclusive : avez-vous le bon profil ?

Politique

Le Fonds national pour la finance Inclusive (FNFI) a été lancé en janvier dernier et est opérationnel. Une Direction de Promotion de la finance Inclusive a été créée par décret et son opérationnalisation est en cours de réalisation. 

Anges conserve sa place de leader

Sport

Le championnat de D1 a repris samedi après plus d’un mois d’interruption pour cause de Coupe du Monde. 

L’engagement personnel de Faure Gnassingbé

Coopération

Le 17 juillet dernier, l'Union européenne a alloué près de 5 millions d’euros à la Cédéao pour lui permettre de créer une réserve alimentaire régionale.