Le poids lourd de l’économie

17/02/2012
Le poids lourd de l’économie

Avec un CA estimé en 2011 à 425 milliards de Fcfa et 71 milliards versés au budget national en impôts et taxes (28% des recettes), les 35 sociétés membres de l’association des grandes entreprises du Togo (AGET) pèsent très lourd dans l’économie togolaise.

Au plan social, l’AGET emploie près de 6000 personnes, ce qui représente une masse salariale de 23 milliards.

A la tête de cette puissante organisation, Josée Symenouh (photo), se veut confiant avec un climat des affaires qui s’améliore de jour en jour ; un contexte donc profitable au business. 

Republicoftogo.com : Vous semblez optimiste quant aux perspectives économiques

Josée Symenouh : Oui, absolument et l’AGET veut contribuer à la dynamisation du secteur privé. Dans ce cadre, nous venons d’actualiser notre « livre blanc ». C’est la bible du business au Togo qui présente le potentiel économique du pays, l’environnement des affaires et les problèmes auxquels sont confrontés les entreprises.

Citons, notamment, le prix élevé de l’électricité, les frais annexes (douaniers, fiscaux, etc.), la nécessité de moderniser la justice, le problème du cadastre sont autant de handicaps à surmonter.

Le Bureau de l'AGET

Republicoftogo.com : Le Togo vient de se doter d’un nouveau Code des investissements. C’est un bon signe pour l’AGET ?

Josée Symenouh : Le Togo, comme les autres pays de l’Afrique de l’Ouest, attendait le Code des investissements de l’UEMOA, mais ce dernier tardant à arriver,  il a été décidé de mettre en place un document cadre national. Il répond bien aux demandes des entreprises locales et étrangères.

En ma qualité de président de l’AGET, je représente au Togo les grandes entreprises, les grands groupes industriels qui souhaitent investir dans notre pays, je dois dire que ce nouveau code des investissements auquel l’AGET a apporté sa participation va donner un signal très fort à tous les investisseurs potentiels.

Je dois ajouter que notre ce Code, si je le compare à d’autres dans la sous région, est très proactif. En effet, une Agence dédiée à la promotion des investissements (API) sera créée avec pour tâche d’assurer la promotion du Togo ; elle jouera aussi le rôle de guichet unique

Republicoftogo.com : Vous affichez un optimisme certain pour l’avenir de l’économie avec toutefois un bémol

Josée Symenouh : Nos entreprises doivent être performantes et capables de faire face à la concurrence. A ce jour, ce n’est plus le cas avec un coût de l’énergie trop élevé. L’AGET souhaite que cette question soit évoquée rapidement avec les autorités.

Notre association est en contact permanent avec le gouvernement sur ce problème ; elle est régulièrement consultée, notamment, dans le cadre du 

Conseil présidentiel pour l’investissement.

Republicoftogo.com : On a un peu de mal a faire la différence entre l’AGET et le patronat. N’y a-t-il pas doublon ?

 Josée Symenouh : Jusqu’à présent, toutes les entreprises membres de l’AGET étaient également adhérentes au patronat. Il y a effectivement double emploi. C’est la raison pour laquelle l’AGET a décidé récemment de se retirer du CNP pour établir une nouvelle forme de coopération orientée davantage vers le partenariat.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Coopération agricole avec Israël

Cédéao

Le ministre de l’Agriculture, Ouro-Koura Agadazi, effectue depuis lundi une visite de travail en Israël.

Echange de bons procédés

Union Africaine

Les grandes manœuvres ont débuté pour l’obtention des postes de prestige à l’Union africaine.

Les inégalités entre les genres coûtent une fortune à l'Afrique

Développement

L’édition 2016 du rapport sur le développement humain en Afrique, réalisé par le PNUD, a été présentée lundi à Lomé.

L'engagement des Togolais de l'extérieur

Diaspora

Un membre de la Diaspora a annoncé son intention de créer une institution de micro finance pour venir en aide aux plus démunis.