Le port de Lomé confirme sa vocation régionale

20/06/2016
Le port de Lomé confirme sa vocation régionale

Edem Kokou Tengue

L’armateur danois Maersk fête le 30e anniversaire de son implantation au Togo. Ce Groupe est présent dans le transport maritime, la construction navale, la prospection pétrolière et gazière et le transport aérien.

Maersk est le deuxième plus important armateur de porte-conteneurs du monde.

Trois navires accostent chaque semaine au port de Lomé – ils étaient 5 pendant la crise en Côte d’Ivoire. 

Edem Kokou Tengue, le directeur général de Maersk pour le Togo, se félicite de la modernisation du port de Lomé. Un atout pour des armateurs en quête d’efficacité.

Il souligne aussi la vocation régionale de la plateforme avec près de la moitié des conteneurs débarqués qui sont destinés aux pays de la région.

Republicoftogo.com : Depuis trois décennies, avez-vous constaté une évolution du trafic ?

Edem Kokou Tengue : Nous avons connu une période extrêmement dense de 2002 à 2010 avec la crise en Côte d’Ivoire. Une partie du trafic avait été dévié du port d’Abidjan vers le PAL.

Le gros de notre trafic vient d’Asie, notamment de Chine, de Malaisie, d’Indonésie et de Thaïlande.

En 2014 et 2015 ces pays ont représentés 50,14% et 46,13% de l’ensemble du trafic conteneuriser à l’import, rendant ainsi le trafic tributaire de certaines réalités macroéconomique dans ces pays. 

L’essoufflement de l’économie chinoise qui est passée d’une croissance à deux chiffres à une croissance autour de 6% a clairement diminué les importations en provenance  d’extrême orient qui sont passées de 60,560 EVP à 52,252 EVP de 2014 à 2015. 

A cela il faut ajouter l’impact de la politique monétaire de la Banque centrale Européenne qui a fait du {quantitative easing } en abaissant ses taux directeurs afin de provoquer une relance de l’activité économique mais aussi  une baisse du cours de l’euro par rapport au dollar afin de favoriser les exportations européennes . 

Du fait de la parité CFA/euro cette décision a provoqué une augmentation des prix d’achat des importateurs togolais sur les marches d’extrême et du moyen orient ou les prix des biens sont fixés en dollar. Conséquence, une augmentation des coûts de revient qui a ralenti les importations. 

En 2015 le trafic global se situait autour de 115,000 EVP contre 125,000 EVP l’année précédente

Republicoftogo.com : La modernisation du PAL a-t-il permis à Maersk de développer ses activités. Cette montée en qualité et en efficacité vous conduit-il à choisir Lomé comme hub en Afrique de l’Ouest ou votre dispositif reste le même ?

Edem Kokou Tengue : Ce qu’un armateur regarde en premier, c’est l’efficacité d’un port. Délais d’attente, nombre de mouvements par heure, cadences, etc…

Et de ce côté, le PAL est ultra-performant. Délais d’attente quasi-inexistants, cadences de 40 mouvements/heure qui sont la résultante des investissements en infrastructures réalisés ces dernières années.

Le troisième quai avec des grues modernes nous permet d’aller très vite. 

Cette modernisation nous permet de déployer au PAL des navires plus grands et ainsi de réaliser des économies d’échelle et de réduire nos couts par unité de conteneur transporté. Cela permet assurément de développer nos activités au Togo. Mais pour le moment, le principe de hub n'a pas encore été évoqué par la direction du Groupe.

Republicoftogo.com : Maersk a le choix entre les installations du Groupe Bolloré et celles de LCT. Lesquelles sont utilisées actuellement ?

Edem Kokou Tengue : Pour le moment, Maersk utilise le 3e quai construit et exploité par le Groupe Bolloré .

Republicoftogo.com : Quelle est la part des marchandises convoyées par Maersk qui sont destinées au Togo et celles qui prennent le chemin des pays de la sous-région.

Edem Kokou Tengue : Environ 49% des conteneurs débarqués sont à destination des pays de l’hinterland. Ce pourcentage illustre l’attractivité de la place portuaire de Lomé pour les opérateurs économiques de la région.

Republicoftogo.com : Le Togo a l’ambition de devenir une plateforme de services (bancaires, financiers, technologiques) et de logistique portuaire, un peu comme Singapour ou Shenzen. Cette approche vous paraît-elle pertinente et réaliste? 

Edem Kokou Tengue : Non seulement pertinente, mais réaliste et ceci pour plusieurs raisons. 

D’abord même si plusieurs pays de la côte du Golfe de Guinée nous font concurrence en matière portuaire, nous avons un avantage de plus. Le PAL est le seul port en eau profonde. 

Ensuite notre démographie permet d’avoir une stratégie basée sur les services. 

Le climat de sécurité qui a toujours distingué le Togo est un atout incontournable pour devenir une plateforme de service. 

Cependant plusieurs défis sont à relever pour atteindre ce pari dont celui de la formation et de la création d’un chantier naval digne de ce nom et capable d’effectuer les réparations et la maintenance sur les porte-conteneurs.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'engagement des Togolais de l'extérieur

Diaspora

Un membre de la Diaspora a annoncé son intention de créer une institution de micro finance pour venir en aide aux plus démunis.

Promotion de la culture Tem

Culture

Le festival international des musiques et danses traditionnelles TEM Festekpe aura lieu 9 au 11 décembre  à Sokodé.

UEMOA : le Sénégal remporte la coupe

Sport

Les Lions du Sénégal ont battu samedi par 1-0 les Aigles du Mali en finale de la 7e édition du tournoi de l'intégration de l'UEMOA.

Infrastructures de base : nouvel engagement de l’UE

Coopération

Améliorer l’accès à l’eau potable et proposer de meilleures conditions sanitaires aux habitants de Notsé. C'est l'objectif d'un programme financé par l'UE.