Le secteur industriel a le vent en poupe

20/11/2012
Le secteur industriel a le vent en poupe

Le marché naturel des industriels togolais se trouve dans les pays de la Cédéao, qu’ils soient sous régime général ou en Zone franche.

Et les exportations du secteur ne cessent de croître avec 59 milliards de Fcfa pour la période 2010-2011, en hausse de 7% par rapport à l’année précédente.

Pour les entreprises opérant en Zone franche, le chiffre est encore plus significatif ; 193 milliards en 2011, soit +30%.

Au plan local, les effets sont largement positifs. C’est un bassin d’emploi important et une manne pour l’Etat estimée à près de 28 milliards en taxes et impôts divers.

Tous ces chiffres ont été donnés mardi par le ministre de l’Industrie, de la Zone Franche et des Innovations technologiques, François Galley, à l’ouverture de la Journée de l’industrialisation de l’Afrique dont le thème, cette année, est : « Accélérer l’industrialisation pour stimuler le commerce intra africain ».

Le gouvernement entend naturellement accompagner les entreprises, mais également développer les industries de transformation dans le secteur agricole.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

D1 : AS Togo Port prend la tête

Sport

Lors de la 14e journée de D1, disputée dimanche, Anges et Sémassi ont fait match nul (0-0).

Travail remarquable

Coopération

Implantée dans une cinquantaine de pays, dont le Togo, PLAN est une organisation non gouvernementale de solidarité internationale qui agit pour donner aux enfants et aux jeunes les plus marginalisés les moyens de construire leur avenir.

SCAPE : lever certains obstacles

Développement

La SCAPE, Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi, est la feuille de route que s’est donné le gouvernement pour assurer le développement économique du pays. Elle nécessite d’importants moyens et le concours actif des donateurs.

Chaude ambiance à la FTF

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) est secouée par une énième crise. L’ancien président de la Fédé, Tata Avlessi, s’oppose à son successeur, Gabriel Améyi,