Les Zem chez le Premier ministre

10/02/2009
Les Zem chez le Premier ministre

Le Premier Ministre Gilbert Houngbo a reçu lundi une délégation du Collectif des organisations syndicales des conducteurs de taxis motos. « Nous avons soumis au Premier ministre plusieurs propositions dont celle d'organiser un forum national des conducteurs de taxi motos » a déclaré le porte parole des conducteurs.

Le métier de taxi moto est apparu au Togo dans les années 90 s'inspirant du modèle béninois des Zem. Un mode de transport rapide et économique.D'année en année, l'activité a littéralement explosé. On ignore le nombre exact de motos taxis en circulation au Togo ; on estime que cette activité génère un chiffre d'affaires de 60 milliards de Fcfa chaque année.

La profession tente de s'organiser face à la concurrence de conducteurs illégaux ; de simples particuliers qui arrondissent leurs fin de mois en effectuant quelques courses. Autre souci du Collectif, la sécurité des pilotes et de leurs passagers. Les accidents sont nombreux en milieu urbain et parfois mortels. Il y a quelques jours, le ministre de la Sécurité, le Colonel Atcha Titipkina, a préconisé le port du casque pour les conducteurs de motos-taxis.

Une mesure théoriquement obligatoire depuis près de vingt ans, mais que personne ne respecte.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Intégration technologique

Tech & Web

La Cédéao veut parvenir à l’intégration, y compris pour tout ce qui concerne le secteur des télécommunications, très porteur.

Au Maroc, Agadazi explique comment le Togo combat la pauvreté

Développement

Lutter contre la pauvreté est a priorité des priorités pour le gouvernement. De nombreuses initiatives ont vu le jour.

L'AIBA veut populariser la boxe au Togo

Sport

L’International boxing association (AIBA) a lancé vendredi l’année de la boxe en Afrique destinée à promouvoir cette discipline sur le continent.

Une justice en mouvement

Justice

Une étude réalisée par Afrobaromètre révèle que dans la plupart des pays africains, des obstacles majeurs entravent encore l'accès des citoyens à la justice.