Les opérateurs téléphoniques poussent le combiné un peu loin !

18/01/2009
 Les opérateurs téléphoniques poussent le combiné un peu loin !

Pourquoi les communications téléphoniques entre la France et le Togo sont-elles si chères ? Nombreux sont les lecteurs qui nous posent régulièrement la même question depuis des années. Appeler sa famille, ses amis ou un contact professionnel est exorbitant. Et incompréhensible. Les Etats-Unis ou la Chine ne coûtent que quelques centimes d'euros et les appels sont parfois gratuits. Et la téléphonie sur IP, censée être bon marché, ne l'est toujours pas pour l'Afrique.

Alors, le continent reste-il la vache à lait des grands opérateurs internationaux ? Togo Telecom se sucre-t-il sur le dos des consommateurs ?Pétchétibadi Bikassam (photo), le directeur général de Togo Telecom, ne peut que constater cette situation anormale ; ses capacités d'intervention demeurent limitées.

«Les prix élevés ne sont pas le fait de Togo Telecom qui encaisse moins d'un tiers des tarifs pratiqués par les opérateurs étrangers », explique-t-il médusé.

Il faut savoir que les appels passés depuis la France (fixe, IP, mobile) vers le Togo (fixe ou mobile) sont facturés entre 0,55 centimes/mn et 0,84 centimes/mn.

Les tarifs les plus chers à l'international !

Un tarif de 25 centimes d'euros par minute devrait être celui pratiqué par les sociétés de télécommunications étrangères.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Esprit de compromis

Cédéao

La Cédéao a invité les responsables politiques togolais à s'engager très rapidement dans un processus de dialogue.

Solution en vue à Bissau ?

Cédéao

Le président de la Cédéao, Faure Gnassingbé, a rencontré vendredi à Abuja son homologue de Guinée Bissau.

Innover pour une santé de meilleure qualité

Santé

Le président Faure Gnassingbé s’est rendu jeudi au CHR d’Atakpamé (région des Plateaux) qui expérimente depuis plusieurs mois un processus de gestion externe.  

Les priorités de la BM pour 2018

Développement

Joëlle Dehasse, la représentante de la Banque mondiale à Lomé, a indiqué les priorités de son institution pour l’année prochaine.