Les opérateurs téléphoniques poussent le combiné un peu loin !

18/01/2009
 Les opérateurs téléphoniques poussent le combiné un peu loin !

Pourquoi les communications téléphoniques entre la France et le Togo sont-elles si chères ? Nombreux sont les lecteurs qui nous posent régulièrement la même question depuis des années. Appeler sa famille, ses amis ou un contact professionnel est exorbitant. Et incompréhensible. Les Etats-Unis ou la Chine ne coûtent que quelques centimes d'euros et les appels sont parfois gratuits. Et la téléphonie sur IP, censée être bon marché, ne l'est toujours pas pour l'Afrique.

Alors, le continent reste-il la vache à lait des grands opérateurs internationaux ? Togo Telecom se sucre-t-il sur le dos des consommateurs ?Pétchétibadi Bikassam (photo), le directeur général de Togo Telecom, ne peut que constater cette situation anormale ; ses capacités d'intervention demeurent limitées.

«Les prix élevés ne sont pas le fait de Togo Telecom qui encaisse moins d'un tiers des tarifs pratiqués par les opérateurs étrangers », explique-t-il médusé.

Il faut savoir que les appels passés depuis la France (fixe, IP, mobile) vers le Togo (fixe ou mobile) sont facturés entre 0,55 centimes/mn et 0,84 centimes/mn.

Les tarifs les plus chers à l'international !

Un tarif de 25 centimes d'euros par minute devrait être celui pratiqué par les sociétés de télécommunications étrangères.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.