Les petits oublis d’Asky

17/01/2010
Les petits oublis d’Asky

La nouvelle compagnie aérienne Asky a été lancée en grande pompe jeudi à Lomé en présence du patron d’Ethiopian Airlines, Girma Wake, de ministres des Transports de la région et des officiels togolais, chef de l’Etat en tête.
Si Asky a fait précéder cet évènnement d’une campagne publicitaire institutionnelle, elle a toutefois oublié de fournir aux passagers potentiels les informations essentielles : capitales desservies, horaires et fréquences, réseau commercial.
Voici donc ce qu’il faut savoir.
Les deux Boeing 737 (un troisième est attendu en avril) volent au départ de l’aéroport de Lomé vers les villes suivantes : Abidjan, Accra, Bamako, Banjul, Brazzaville, Cotonou, Douala, Kinshasa, Lagos, Libreville et Ouagadougou. Dakar est prévu dans quelques jours; un retard lié à des questions de droits de trafic.
Les fréquences sont en général de 3 vols hebdomadaires par destination.
Les billets peuvent être achetés directement à Lomé auprès de l’agence Asky (située dans le complexe Palm Beach) et auprès des agences de voyages.
En dehors du Togo, la commercialisation est assurée par les agences de voyages.
L’achat en ligne n’est pas encore disponible.
Agence Asky-Lomé
1, Avenue Georges Pompidou (Ex-Air France)
Tél. 223 05 05
Site Web

Informations complémentaires

PROGRAMME DES VOLS.pdf 1,98 MB

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

PPAAO : nouvel appui de la Banque mondiale

Coopération

La Banque mondiale a accordé un financement additionnel pour l'amélioration de la productivité agricole au Togo.

L'heure est à la clarification

Social

Les employeurs rechignent à offrir à leur personnel une protection sociale digne de ce nom. Pourtant les textes sont précis.

Fraude avérée selon la FTF

Sport

En mai dernier, un match de D1 opposant Gbikinti de Bassar et Maranatha s’était soldé sur un score de 11 à 0 !

Agriculture : le FIDA en première ligne

Coopération

Le FIDA pourrait jouer un rôle central dans la relance du secteur agricole, estime le secrétaire d’Etat adjoint américain au Trésor.