Les producteurs de coton ont les yeux rivés sur la météo

04/01/2016
Les producteurs de coton ont les yeux rivés sur la météo

Les producteurs tributaires de la météo

Après une année exceptionnelle en 2014, la production cotonnière a chuté de près de moitié en 2015. En cause, une pluviométrie médiocre.

Les responsables de la Nouvelle société cotonnière du Togo (NSCT) espèrent revenir cette année à 113.000 tonnes.

Essowe Batana, le directeur général de la NSCT, table sur de meilleures conditions météorologiques.

Republicoftogo.com : L’absence de pluie vous a joué un sale tour 

Essowe Batana : Effectivement, le déficit de précipitations, notamment dans la partie sud du pays a été la principale difficulté. La pluie quand elle est tombée n’est pas arrivée au bon moment.

De 114. 000 tonnes en  2014-2015, la production est tombée à 85.000 tonnes pour cette année 2015-2016. On pensait atteindre les 130.000 tonnes. Nous espérons atteindre ce volume cette année. Je dois dire qu’en dépit des conditions médiocres, les producteurs font toujours preuve d’un remarquable dynamisme.

Republicoftogo.com : Quelle est contribution de la filière au PIB ?

Essowe BAatana : Elle est d’environ 7%. Mais si on se réfère à 2014 avec 114.000 tonnes produites, la filière a injecté sur le marché pour plus de 25 milliards de Fcfa, ce qui est loin d’être négligeable.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.