Les subventions permettent de contenir la hausse de l’essence

15/07/2011
Les subventions permettent de contenir la hausse de l’essence

Le Comité technique de suivi des prix des produits pétroliers a justifié vendredi les raisons de la nouvelle hausse du prix de l’essence au Togo.

Selon M. Gnagna Waka, administrateur des finances et membre du Comité, "le gouvernement n'avait pas d’autre choix que de procéder à ce réajustement car les cours à l'importation n'ont cessé d'augmenter et la subvention de l'Etat a atteint un seuil qui risquait de faire exploser le budget si aucune mesure n'était prise". 

Toutefois, a ajouté M. Waka, en dépit de la hausse de 5%, l’Etat continuera à subventionner les produits pétroliers. Ainsi, le litre de super vendu à la pompe 595 FCFA devrait, sans cette subvention, être commercialisé à 834 F

Le Comité a également précisé que l’augmentation intervenue vendredi n’aurait pas de conséquence sur le prix des transports et sur ceux de l’énergie.

Lors de la dernière hausse, début juin, le gouvernement avait pris une série de mesures pour amortir le choc et lutter contre la vie chère. 

Les nouveaux prix exprimés en CFA

Super sans plomb : 595

Pétrole lampant : 490

Gas-oil : 629

Mélange 2 temps : 665

Gaz butane 12,5 kg : 3859

Gaz butane 6kg : 1852                 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

CAN 2017 : près d'un milliard a été levé

Sport

Le comité de mobilisation des fonds pour la participation des Eperviers à la dernière Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2017) a publié mercredi ses comptes.

Brassage des cultures

Culture

Une ‘Caravane littéraire’ est organisée du 26 février au 4 mars. Elle se rendra dans 5 villes du Togo, du nord au sud. Un évènement culturel attendu.

La coopération multiforme du PNUD

Coopération

Une mission du PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement), dépêchée par le siège, est arrivée en début de semaine au Togo.

Le PGICT aura sans doute une suite

Environnement

Les pouvoirs publics entendent renforcer la gestion des risques d’inondations et de dégradation des sols dans les zones rurales et urbaines.