Livre blanc de l'AGET : objectif et factuel

24/02/2016
Livre blanc de l'AGET : objectif et factuel

Les plus grandes entreprises du Togo sont membres de l'association

C’est le groupement professionnel qui pèse le plus lourd et dont les avis et recommandations sont généralement pris en compte par les  pouvoirs publics.

L’Association des grandes entreprises du Togo (AGET) réunit les 45 plus importantes sociétés du pays (agro-alimentaire, industrie, services, banques, assurances, hôtellerie, transit et logistique, manutention portuaire, TP, etc…) pour un chiffre d’affaires annuel cumulé d’environ 632 milliards de Fcfa et plus de 10.000 emplois.

Le montant des taxes et autres impôts versés par l’AGET est de près de 120 milliards de Fcfa.

Dans ce contexte, l’association à son mot à dire sur la façon dont le secteur privé doit évoluer.

Elle vient de remettre au Premier ministre un Livre blanc qui fixe le cadre de concertation avec les autorités et les grands axes à suivre pour renforcer l’économie. Des informations objectives et factuelles. 

‘Ce Livre blanc procède de la vision des grandes entreprises concernant le climat des affaires. Le Togo a la capacité de devenir un hub commercial, industriel et de services en Afrique de l’Ouest à condition d’éliminer les freins entravent encore l’essor de l’économie’, explique José Kwassi Simenouh, le président de l’AGET.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Grand Prix de la Kozah : victoire de Hamza Assoumanou

Sport

La première édition du tour cycliste  'Grand Prix de la Kozah' a été remportée jeudi par Hamza Assoumanou de l’équipe Bike Aid (Kpalimé).

L'Allemagne laboure le Togo

Coopération

Depuis la reprise de la coopération avec le Togo, l’Allemagne est particulièrement active dans le secteur de l’agriculture.

Schéma directeur sur le numérique

Tech & Web

Une étude sur la mise en place d’un schéma d’aménagement numérique vient d'être rendue publique.

Les greffiers à la recherche de solutions consensuelles

Justice

Les greffiers du Togo souhaitent l’ouverture rapide d’un dialogue avec les pouvoirs publics pour discuter de leur statut.