Maintenir l’élan de la croissance

26/05/2015
Maintenir l’élan de la croissance

Taux de pauvreté encore trop élevés

La croissance économique africaine est une réalité depuis plus d’une décennie. Elle est même durable dans certains pays, notamment ceux d’Afrique de l’Est et de l’Ouest. Toutefois, elle n’est pas toujours inclusive. Soucieuse d’assumer pleinement son rôle de locomotive du développement de l’Afrique, la Banque africaine de développement (BAD) entend embarquer toutes les catégories sociales dans le train de la croissance. D’où la thématique d’un panel tenu lundi au premier jour des Assemblées annuelles  de la Banque : 'Croissance économique en Afrique : n'abandonner personne en chemin'.

Outre la publication du Rapport annuel de la BAD sur le développement de l’Afrique, les Assemblées annuelles de la Banque sont aussi l’opportunité de dresser un état des lieux sans concession de la croissance sur le continent. 

Le constat est clair et partagé : l’Afrique n’a cessé de voir son taux de croissance s’élever depuis l’adoption, en 2000, des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). 

Cependant, concède la BAD, il faut faire davantage pour éradiquer la pauvreté extrême et réduire les inégalités sur le continent. 

C’est en ce domaine qu’un bémol peut être apporté aux progrès que l’Afrique a accomplis en matière de croissance. A l’instar des co-panélistes du jour, Abebe Shimele, directeur par intérim du Département de la recherche sur le développement (EDRE) de la BAD, n’a pas manqué de relever que l’Afrique a réalisé moins de progrès dans la réduction de la pauvreté en comparaison avec des pays d’Asie du Sud et de l’Est-Pacifique. De même, a-t-il ajouté, un nombre important de pays en Afrique ont encore des taux de pauvreté de près de 50 % de la population.

Les progrès de l’Afrique d’ici à l’horizon 2030 dépendront de trois grands facteurs : maintenir l’élan de la croissance actuelle, sinon l’augmenter ; résoudre les questions de fortes disparités, y compris les inégalités de revenus et la discrimination à l’endroit des femmes et des jeunes ; et concevoir et mettre en œuvre des stratégies nationales de développement qui tiennent compte des changements intervenus dans les fondamentaux des économies nationales et des chocs internationaux. 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Liberté, modernité, efficacité

Justice

Le secteur de la justice est en phase d'évolution et de modernisation. Un audit donne des pistes pour davantage d'efficacité. 

Mango et Dapaong bénéficient d'un appui de l'UE

Coopération

L'UE va consacrer plus de 300 millions à la réhabilitation du réseau d’eau potable à Mango et Dapaong.

Klassou lance la riposte

Santé

Le Premier ministre, Komi Selom Klassou, a reçu jeudi Christian Maoula, le directeur d’ONUSIDA pour le Togo.

Analyse qualitative

Santé

Cofinancé par la Fondation Mérieux et l’AFD, le nouveau laboratoire central a été inauguré jeudi à Lomé.