Mieux contrôler le secteur informel

03/09/2009
Mieux contrôler le secteur informel

Au Togo, comme partout ailleurs en Afrique, le secteur informel se développe dans l'anarchie et dans l'opacité la plus totale. Essentiel à la machine économique, créateur d'emplois, il échappe néanmoins à toute fiscalité, ce qui ne fait pas l'affaire du Trésor public. Selon les chiffres obtenus auprès du ministère de l'Economie, le business informel contribuerait à hauteur de 44% du PIB national et emploierait  85.000 personnes.

Les autorités n'entendent pas le freiner ; elles souhaitent simplement l'organiser et mieux le contrôler.C'est l'objet d'une réunion qui s'est ouverte mercredi à Lomé sous les auspices du ministère du Commerce et de la Promotion du secteur privé.

Des représentants du secteur informel ont été invités par le ministre, Guy Lorenzo, à mettre en pratique les principes de l'entreprise moderne adoptant une comptabilité simplifiée.

« Le gouvernement considère les acteurs du secteur informel comme des partenaires précieux pour l'économie nationale qu'il faut encadrer, organiser et assister en vue d'assurer leur ascension », a déclaré M. Lorenzo.

Selon une étude menée par la direction nationale de la statistique et de la comptabilité nationale, ce secteur a généré en 2001 (derniers chiffres connus), une valeur ajoutée de 426 milliards de Fcfa.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Caractère imprescriptible des actes de torture

Justice

La torture vise à briser la personnalité de la victime et constitue une négation de la dignité inhérente à l'être humain. 

Le foot togolais achève sa convalescence

Sport

Le congrès de la Fédération togolaise de football (FTF) s’est déroulé samedi à Kara (nord du Togo).

Coup de pouce aux cantines scolaires

Développement

Orabank-Togo a remis un chèque de près de 15 millions de Fcfa pour appuyer le programme de cantines scolaires. 

La mode africaine en vedette à Denver

Culture

The African Fashion Show aura lieu ce dimanche à Denver (Colorado). Six designers africains sont attendus parmi lesquels un Togolais.