Où développer l’aquaculture au Togo ?

16/08/2016
Où développer l’aquaculture au Togo ?

Réduire les importations

La FAO soutient le Togo dans l’élaboration de sa Stratégie nationale de développement durable de l’aquaculture (SNDDA).

Une carte des potentialités aquacoles du pays vient d’être réalisée. Elle identifie et géo référence les zones à haut potentiel.

Il s’agit d’un outil de planification à long terme, explique Ali Domtani, le directeur de la Pêche et de l’aquaculture au ministère de l’Agriculture. 

Le Togo veut devenir rapidement un important producteur de tilapia. 

Cette variété est le 2e poisson le plus élevé au monde après la carpe. 

Il s'adapte facilement à des environnements différents, sa chair est fine et il a peu d'arêtes, il exige peu de protéines, mange de tout et grossit vite; en moins de 6 mois, il est commercialisable. 

Ce poisson d'eau douce est une chance pour les pêcheurs togolais. L’idée des pouvoirs publics est de développer des bassins de pisciculture.

Le secteur de la pêche joue un rôle économique important. Il emploie près de 22.000 personnes et contribue à 4% au PIB agricole et 1,3% au PIB national.

La production halieutique annuelle avoisine les 25 000 tonnes dont 1.000 pour le système lagunaire, couvrant 35% des besoins nationaux. 

Le déficit est comblé par les importations, ce qui créé un déséquilibre de la balance commerciale.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.