Oui, le pagne togolais a toutes ses chances

18/05/2014
Oui, le pagne togolais a toutes ses chances

La Foire du pagne organisée en avril par la Chambre de commerce et d’industrie du Togo (CCIT) suscite la curiosité des médias français. RFI et Le Point consacrent dimanche des sujets à cette manifestation originale avec la même question : la relance d’une industrie locale du pagne est-elle possible ?

‘La vente de ces pagnes fabriqués en Hollande ne profite pas assez à l'Afrique puisque leurs bénéfices retournent aux Pays-Bas. Aujourd'hui les autorités togolaises souhaitent redémarrer des usines textiles parfois fermées depuis vingt ans, afin de créer plusieurs milliers d'emplois et d'encourager le travail féminin dans cette filière’, explique le styliste nigérien Alphadi sur le site du Point.

Il faut également préciser que depuis quelques années le pagne Made in China, des contrefaçons de mauvaise qualité inonde les marchés africains.

Pour RFI, la relance de ce secteur au Togo ne sera possible qu’avec le soutien des banques et des partenaires internationaux. Mais, comme le souligne Alphady, avec 1 milliard de personnes à habiller en Afrique, le potentiel commercial existe avec à la clé la création de nombreux emplois.

Le reportage de RFI

L'article du Point

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les nouvelles tendances du tourisme mondial

Tourisme

Comme chaque année, le Togo sera présent au Salon IFTM Top Resa qui se déroule du 25 au 28 septembre à Paris.

Il est important de savoir d’où l’on vient

Diaspora

Diplômé de l’Ecole de diplomatie et de relations internationales de l’université Seton Hall,  Erick Agbleke vient de passer son été comme stagiaire à l’ambassade américaine à Lomé.

Aného : une nouvelle vie pour la ville tricentenaire ?

Culture

Dans une thèse de doctorat présentée récemment, un étudiant togolais propose d'injecter 700 millions dans la réhabilitation culturelle d'Aného.

Le Togo s'est débarrassé des CFC

Environnement

Le Togo est parvenu à se débarrasser presque totalement des CFC (chlorofluorocarbone), a annoncé André Johnson, le ministre de l’Environnement.